25% de la commande publique aux jeunes et femmes entrepreneurs : le Togo va optimiser ce quota.

0
303

Par Impartial Actu le 18 Avril 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Au Togo, parmi les méthodes employées pour les pouvoirs publics pour soutenir la jeunesse, se trouve l’initiative présidentielle de réservation du quota de 25% de marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneurs. Après deux ans environ d’expérimentation de cette initiative, le gouvernement pense déjà à optimiser ce quota de 25% accordé aux jeunes et femmes entrepreneurs.

Les pouvoirs publics ont décidé, depuis janvier 2018, de concéder un quota de 20% de la commande publique aux jeunes et femmes entrepreneurs togolais. L’objectif est de permettre à ces derniers de développer leur esprit d’innovation, de détermination ; les aiguillonner à s’intéresser davantage à l’entrepreneuriat, l’auto-emploi ; favoriser leur insertion professionnelle et les inciter à contribuer au développement national.

En 2018, près de 4906 entrepreneurs, jeunes et femmes avaient saisi l’opportunité offerte par la mesure du quota de 20% de la commande publique qui leur avait été réservé. Jadis, les marchés octroyés à ces jeunes s’élevaient à près de 12,638 milliards de francs CFA.

En mars de la même année, 160 entrepreneurs (dont 21 femmes) ont été reçus, écoutés, informés et orientés pour ce qui est du guichet unique. 26 demandes de pièces administratives ont été reçues et 14 demandes avaient été traitées. Aujourd’hui, près de 2000 jeunes et femmes ont obtenu des marchés à hauteur de 25 milliards de francs CFA. Des résultats pas très loin de ceux escomptés.

Pour continuer sur cette même lancée et maximiser les résultats, le gouvernement va multiplier les bureaux dans toutes les régions du pays ; alléger suffisamment les conditions techniques et financières d’attribution de marchés publics aux jeunes et femmes ; fluidifier l’interconnexion numérique des structures représentées au guichet afin d’assurer une célérité dans le traitement des dossiers.

Par-dessus-tout, des formations destinées à renforcer les capacités sont organisées par moments pour préparer les bénéficiaires. Il est question de les outiller sur des modules tels que le cadre de gestion des marchés publics au Togo, les techniques d’analyse de la demande des autorités contractantes, la veille commerciale, les droits ainsi que les obligations des opérateurs économiques, la pratique de montage d’une offre concurrentielle etc.

David Tisserand.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here