CEPES : entre Marcel Akakpo et Charles Birrégah, c’est le divorce!

0
253

Par René DOKOU le 24 juillet 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Un nouvel épisode du feuilleton «CEPES » vient de voir le jour. Au Conseil des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (CEPES), le mot alternance n’existe pas. C’est du moins la conclusion que l’on puisse tirer de la gestion de cet instrument qui se veut un pilier essentiel du développement de l’enseignement supérieur au Togo.

Malgré les efforts louables du nouveau ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Majesté Ihou Watéba, pour redonner une nouvelle image à l’enseignement supérieur au Togo, certains cadres du secteur veulent s’éterniser sur des fauteuils. Dans son article titré ; « Le CEPES au bord de l’implosion, qui pour sauver ? », le site d’information www.afriquedirect.com est revenu de long en large sur la gestion qualifié de ‘’ calamiteuse’’ de ce conseil. Ce vendredi 23 juillet 2021, un membre très influent dudit conseil, vient d’augmenter une dose de piment à la sauce en annonçant officiellement sa démission du CEPES. Il s’agit bien du Docteur Charles Birregah , Directeur Général de l’Ecole Supérieur des Affaires (ESA) qui vient de quitter ‘’l’air force CEPES’’ piloté par son unique chef de bord Marcel Macy Akakpo, premier responsable de l’Ecole Supérieure de Gestion d’informatique et des Sciences ( ESGIS ) et Président du CEPES.

L’alternance ne doit pas se passer qu’au sommet de l’état. Elle doit d’abord se réaliser au sein des institutions, des associations, des conseils pour donner le bon exemple aux dirigeants des pays.

La gestion boiteuse du CEPES

Le mandat de l’actuel Président du CEPES, Marcel Akakpo est arrivé à sa fin depuis belle lurette. Mais force est de constater que le premier responsable de l’ESGIS n’a aucune volonté d’organiser une nouvelle Assemblée générale pour renouveler le bureau du CEPES.

Selon nos informations et d’ailleurs publiées entre temps par le site d’information afriquedirect.com, le sieur Marcel Akakpo a épuisé pour son premier mandant quatre (04) ans. Malgré ces années à la tête du CEPES, il a prolongé son mandat de douze (12) mois. Comme si cela ne suffisait pas, Macy Marcel Akakpo boucle déjà plus de quinze (15) mois après la fin de son deuxième mandat sans vouloir organiser l’AG.

« Après 04 ans de gestion à la soviétique d’un premier mandat prolongé de 12 mois et d’un deuxième mandat prolongé de 15 mois déjà, le bilan du président Macy Marcel Akakpo à la tête de cette association est chaotique voire négatif et il urge qu’une Assemblée Générale soit organisée dans les meilleurs délais pour redonner vie au CEPES et ramener la sérénité dans la maison. Mais vraisemblablement, le président du CEPES ne l’entend pas de cette oreille et préfère jouer à la diversion pour prolonger illégalement son mandat », peut-on lire sur afriquedirect.com

Le nouveau ministre victime d’un lynchage médiatique

Après son arrivée à la tête du ministère en charge de l’enseignement supérieur, le ministre Ihou Watéba a voulu remettre de l’ordre dans la maison mais il a rapidement été victime d’un lynchage médiatique téléguidé par des membres influents du CEPES.

«Selon nos informations, il est apparu que le Président du Conseil des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (CEPES) M. Marcel Akakpo, DG d’ESGIS et son trésorier Charles Birrégah DG de ESA sont les mains noires derrière le lynchage médiatique du ministre. De plus, il est reproché au président du CEPES, une gestion cavalière et approximative du conseil et une illégitimité puisqu’en fin de mandat depuis mars 2020, l’homme joue à la prolongation et refuse d’aller au congrès », écrivait le site reperesdafrique.tg

Que se cache derrière ce refus d’aller au congrès?

Nul ne comprend pas les raisons cachées du Président du CEPES d’aller au congrès. Y’a-t-il des zones d’ombres ou des pistes de gestion qui doivent être brouillés avant le congrès ? Y’a-t-il un ‘’gâteau d’anniversaire’’ en vue ?
Des interrogations que plusieurs journalistes ont voulu comprendre mais le premier responsable ne semble pas éclairer la lanterne. Pour le moment il profite de ses « derniers instants » au CEPES. D’ailleurs reperesdafrique.tg a en fait mention.

«En effet, Marcel Akakpo, le président du CEPES est au cœur de toutes les critiques. Il lui est reproché de prendre des décisions unilatérales au gré de ses humeurs sans consulter les membres du bureau. Une chose qui est contraire aux dispositions du conseil. Le bureau est réduit à sa seule personne. Il est constamment accusé d’organiser des réunions sans produire des procès-verbaux ni consulter, ni informer les membres ; des disfonctionnements graves au sein du bureau du CEPES ; de prendre des décisions uniquement qu’avec le secrétaire général, écartant le reste des membres du bureau du CEPES ; des missions à l’étranger sans informer le bureau du CEPES ».

Selon d’autres informations, l’état togolais a octroyé une enveloppe financière pour accompagner la recherche dans les établissements d’enseignement supérieur. Des dispositions sont prises pour que les établissements privés puissent aussi bénéficier de cet accompagnement. Le Jackpot attire-t-il autant ‘’ l’actuel CEPES’’ ? l’avenir nous le dira.

Le coup de tonnerre

Tôt ou tard, Monsieur Marcel Akakpo finira par plier le plancher conformement aux dispositions du CEPES pour laisser sa place à une autre personne. C’est le signe fort que vient de lancer le Dr Charles Birregah à travers sa démission au poste de Trésorier Général du CEPES.

Dans un courrier en date du 23 juillet 2021 dont nous avons eu une copie, le DG de l’ESA a signifié ses intentions à son ami de longue date.

«Monsieur le Président, nous venons par la présente vous informer que notre mandat au poste de Trésorier Général du CEPES étant à terme depuis des mois et faute d’une Assemblée Générale en vue du renouvellement du bureau, nous démissionnons au poste de Trésorier Général », peut –on lire dans le courrier signé par Charles Birregah adressé à Marcel Akakpo.

Cette douche froide de Birregah à son ami Akakpo vient corroborer les faits dénoncés plus haut. Il est clair que plus rien ne marche au sein du CEPES. Celui qui fut depuis toujours le bras droit et l’ami fidèle du Président du CEPES est d’ailleurs disposé à libérer son fauteuil à celui qui désire poursuivre l’aventure dans ‘’l’air force CEPES’’ sans destination.

« Nous vous saurons gré, Monsieur le Président, de bien vouloir désigner une personne pour les nécessités de passation de service », martèle l’Ex TG du CEPES.

Affaire à suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here