Conseil de l’Entente : Le projet de directive contre l’extrémisme violent, au cœur de la 4é réunion du comité des Experts en charge de la sécurité et des frontières à Lomé.

0
421

Par Impartial Actu le 17 septembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Face à la montée en puissance du terrorisme, de l’extrémisme violent et surtout de crimes transfrontaliers organisés, constatés ces 5 dernières années, le Conseil de l’Entente a décidé de mettre un accent particulier sur la prévention. C’est dans esprit que la 4è réunion des Experts de la sécurité et des frontières du Conseil de l’Entente, ouverte mardi à Lomé par le Colonel Yotrofèi Massina, Directeur général de la Gendarmerie nationale togolaise, est placée sous le label du thème « Détérioration de la situation sécuritaire dans l’Espace Entente, nouvelles menaces, nouvelles approches nationales et sous-régionales ».

La sous-région traverse une période troublée de son histoire, avec surtout des formes de terrorisme qui s’attaquent non seulement aux Institutions des États, mais remet en cause les fondements culturels des sociétés. Ces 5 dernières années, 4 des 5 pays membres du Conseil de l’Entente ont déjà été victimes d’attaques terroristes.

Les travaux de cette 4è réunion du comité des Experts en charge de la sécurité et des frontières du Conseil de l’Entente, vont donc permettre aux experts de faire des propositions, des amendements constructifs et des suggestions appropriées à soumettre à la réunion des ministres en charge de la sécurité et des frontières, qui se tiendra à Lomé le vendredi 20 septembre prochain. Après études les ministres, adopteront un projet de directive allant dans ce sens.

Dans son mot d’ouverture des travaux, le colonel Yotrofèi Massina, Directeur général de la gendarmerie nationale du Togo, a précisé que les pays de l’Espace Entente à l’instar des pays de la sous-région ouest africaine, font de plus en plus face à une dégradation de la situation sécuritaire ces dernières années.

« Cette situation préoccupante, marquée par de nouvelles formes de menaces, la montée en puissance du terrorisme, de l’extrémisme violent, de crimes frontalières organisées et les menaces de tout genre, constituent des obstacles de taille à la stabilité nationale et régionale, à la sécurité et à la croissance économique », a indiqué le colonel Yotrofèi Massina représentant du ministre de la sécurité et de la protection civile du Togo.

Le secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente M.Patrice Kwamé, a pour sa part rappelé que la sous-région traverse une période troublée de son histoire.
« La paix chèrement acquise depuis les indépendances est aujourd’hui menacée par de nouvelles formes de violence dont le terrorisme est assurément la plus sournoise. Le terrorisme s’attaque non seulement aux institutions de nos Etats mais remet en cause les fondements culturels de nos sociétés », a-t-il précisé.

Selon M. Moko Issa, directeur du département de la coopération politique, de la paix et de la sécurité, la 4ème réunion des experts qu’abrite la capitale togolaise, est consacrée à la capitalisation des conclusions et recommandations de 2 ateliers régionaux organisés en mai 2018 à Abidjan et en mai 2019 à Ouagadougou, sur la prévention de l’extrémisme violent. Ces ateliers précise t-il, ont contribué à renforcer les capacités des experts des pays membres ainsi que ceux du Mali, du Sénégal, du Ghana et du Cameroun.

« Le Conseil de l’Entente a conçu un projet de directive communautaire qui va être validé par les experts et qui sera soumis vendredi prochain aux ministres en charge de la sécurité et des frontières. C’est une directive constituée de lignes directrices recommandée à l’ensemble des 5 Etats membres pour qu’on arrive à une sorte de mutualisation des forces pour que notre espace devienne un lieu où les terroristes se sentiront de moins en moins en sécurité», a-t’il laissé entendre.

Le projet de directive sur la prévention de l’extrémisme violent dans l’Espace Entente, est une proposition de gestion stratégique des menaces terroristes qui permettra aux Etats membres de renforcer leur coopération sécuritaire. Il permettra à définir dune politique nationale de défense et de sécurité.

Après adoption par les ministres de la sécurité et des frontières des 5 pays du conseil vendredi prochain, le projet de directive sera proposé au prochain sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de l’Espace Entente.

René DOKOU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here