De Tunis à Kinshasa, Noël est parfois synonyme de frustration

0
317

Lomé le 24 décembre 2017.

Comment fête-t-on Noël en Afrique ? De la Tunisie à la République du Congo (RDC), en passant par le Burkina Faso, le Tchad et le Sénégal, tour d’horizon d’une fête pas toujours facile à assumer ou à financer.

Il n’y a pas de statistiques officielles concernant le nombre de chrétiens en Tunisie, mais ces derniers sont très minoritaires. Selon les divers responsables religieux, ils représenteraient moins d’1% de la population, en grande majorité musulmane. Et la plupart des fidèles tunisiens cachent leur foi à leurs proches, car certains auraient été exclus du foyer familial suite à leur conversion au christianisme.

De nombreuses familles burkinabè profitent de l’occasion pour inviter voisins et amis à partager un repas. Mais bien avant la célébration, il faut tout préparer et s’assurer que rien ne manque, car les prix des produits de consommation grimpent sans cesse à l’approche du 25 décembre.

Des cuisiniers, des fermiers et des militants sénégalais mettent à l’honneur pendant Noël des recettes traditionnelles et des produits locaux délaissés ces dernières années. Par exemple, le petit gâteau appelé wog, dont une dégustation a été organisée dans la rue par le réseau slow food et que de nombreux jeunes de Dakar n’ont jamais goûté, car sa préparation demande plusieurs heures.

À Kinshasa, la période de Noël peut parfois être synonyme de stress et de frustration, notamment à cause des difficultés financières. L’Etat n’a par exemple versé le salaire des médecins que quelques jours avant la fête. Et des sommes parfois « insignifiantes », se plaisent certains professionnels. De même pour les libéraux, dont l’activité est sujette à la réalité du marché, en pleine crise.

Même son de cloche au Tchad, où les préparatifs de Noël ne connaissent pas le même engouement que les années précédentes. Car la crise financière que traverse le pays a provoqué un retard dans le versement des salaires. Certains fonctionnaires n’ont pu toucher leur salaire que le samedi 23 décembre : trop tard pour préparer la fête.

Au Tchad, beaucoup de foncitonnaires n’ont pas pu retirer leur salaire à temps pour préparer Noël.

Impartial Actu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here