Doing Business: Faure Gnassingbé « Si nous reculons l’impact sera plus négatif l’année prochaine »

0
345

Par Impartial Actu le 03 novembre 2019

(IMPARTIAL ACTU)-Le chef de l’État Faure Gnassingbé, a procédé jeudi 30 octobre 2019 au lancement du rapport pays doing business à Lomé. Des différentes représentations diplomatiques accréditées, des partenaires en développement, des acteurs du secteur privé, le vice président de la société financière internationale (SFI), et la société civile dans son ensemble ont également pris part à ladite cérémonie qui s’est déroulée à l’hôtel 2 février.

Au regard des résultats présentés le 24 octobre par la Banque Mondiale, l’Etat togolais a connu une avancée de 40 places. Le pays s’est propulsé ainsi dans le top 100 mondial des pays réformateurs.

Le président de la République togolaise Faure Gnassingbé d’entrée, n’a pas caché la joie qui l’amine pour le résultat qu’a obtenu le Togo.

« Aujourd’hui, nous sommes tous fiers des pas qui ont été réalisés par les uns et les autres et surtout de l’impact que cela a eu. Au-delà de ce que je dis, nous devons être fiers que le nombre de création d’entreprises est très élevé dans notre pays », a déclaré le président de la République.

Le Chef de l’Etat a continué en saluant la volonté du secteur privé qui n’a ménagé aucun effort pour accompagner le gouvernement sur le chantier des réformes nécessaires à l’amélioration du climat des affaires. Il a également évoqué la question de l’endettement et à la rareté de l’aide publique au développement.
« La seule possibilité que nous avons, c’est d’aller vers le secteur privé, national d’abord mais également à l’étranger. Il y avait une impérieuse nécessité de réformer nos habitudes, nos institutions, nos procédures, supprimer certaines pour rendre le pays beaucoup plus attractif », a-t-il martelé. Avant d’ajouter que, »Si nous reculons, l’impact sera encore plus négatif. Les mauvaises langues diront que c’est par hasard…Je ne veux pas avoir honte l’année prochaine… Il faut que nous maintenions le rythme des réformes même si les périodes de campagnes électorales sont toujours des moments d’incertitude ».

Sandra Johnson quant à elle ne perd pas de vue que cette performance constitue un défi de « Il s’agira non seulement d’approfondir les réformes entamées mais aussi de nous attaquer aux indicateurs sur lesquels notre pays a de la marge de progression tout en sachant que ces progrès remarquables nous rappellent aussi, si besoin en était, la nécessité de poursuivre les réformes ambitieuses exigées de nous, afin de contribuer à la mise en œuvre réussie du Plan National de Développement 2018-2022 » a laissé entendre, Sandra Johnson, ministre délégué chargé de cellules climat des affaires.

A l’endroit du gouvernement, le président de la République a insisté sur la nécessité de prendre de l’avance sur les réformes à opérer pour un meilleur score du Togo dans le prochain classement Doing Business.

Désiré KOSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here