Doing Business : le secret de la performance du Togo sur la période 2006-2020 enfin dévoilé!

0
636

Par Impartial Actu le 27 Mars 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Pour rendre le pays attractif le gouvernement togolais a entamé depuis quelques années des réformes afin d’améliorer son environnement des affaires. Les démarches n’ont pas été vaines. Elles ont permis au Togo d’attirer suffisamment d’investisseurs étrangers et de faciliter les échanges économiques.

Ainsi, ces différentes actions lui ont valu la deuxième place des pays réformateurs au monde (de 2006-2020) après le Rwanda qui occupe la première position.

Mais quelles sont les retombées de ce classement ?

Initié par la Banque mondiale en 2003, Doing Business est un indice qui relate la facilité de faire des affaires dans un pays donné. Dans ce nouveau classement, le Togo est suivi dans le top 5 par des pays comme l’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Jordanie.

Origines de cette performance!

Cette performance du Togo est portée par les progrès que le pays a réalisés sur les deux (02) dernières années où il cumule un total de 59 places gagnées pour 13,42 points grappillés. De 48,88 points en 2018, le Togo a totalisé 55,3 points en 2019 et a gagné 19 places.

Des prouesses qui lui ont permis de passer de la 156ème à la 137ème place. Cette progression qui a tiré le Togo vers le sommet du classement, est induite par les réformes mises en œuvre et validées par le Doing Business dans son édition 2020. 40 nouvelles places ont été gagnées pour un score total de 62,3 points sur 100, ce qui a propulsé le pays au rang de 1er réformateur en Afrique et 3ème au monde.

Par ailleurs cette percée trouve son fondement dans les efforts du gouvernement en matière de création d’entreprises, des réformes dans le domaine du permis de construire, les politiques de raccordement à l’électricité, la règlementation du paiement des taxes et des impôts, les réformes touchant le commerce frontalier etc. 

Orlance Lebon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here