Droits de l’homme en 2019 au Togo : ces importants aspects de droits snobés par le rapport du département d’Etat Américain.

0
352

Par Impartial Actu le 17 Mars 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Le département d’Etat Américain, a publié la semaine dernière son rapport sur les droits de l’homme au titre de l’année 2019 au Togo. On retient du rapport, que des aspects positifs des efforts faits par le gouvernement togolais en la matière ont été énumérés. Mais il en demeure pas moins que l’on relève des insuffisances par rapport au rapport en cause.

Ainsi, au-delà des aspects positifs de droits énumérés dans le rapport du département d’Etat Américain, il convient volontier de relever que le Togo a été très prompte dans le respect de certains droits importants, qui malheureusement sont ignorés.

Selon une analyse faite par la rédaction de impartialactu.info, des aspects importants des droits de l’homme ci-dessous méritaient d’être pris en compte par le rapport.

En effet, en août 2017, les manifestants ont incendié à Sokodé des véhicules en stationnement et des engins à deux roues appartenant aux forces de l’ordre et d’autres à la fourrière appartenant aux particuliers. Ils ont aussi dépouillé violemment les forces de l’ordre de trois armes après les avoir volontairement blessées.

Des manifestants étaient armés comme le démontrent les images qui ont abondamment circulé sur les réseaux et dans lesquelles, certains militants arboraient fièrement au milieu de la foule, des armes de guerre. Ils ont tenté aussi vainement de brûler les stations d’essence.

Dans la nuit du 16 octobre 2017, l’agence d’une banque, l’agence de Togocellulaire, les bureaux de la poste, les services des affaires sociales, les véhicules et autres édifices publics et privés ainsi que des domiciles des cadres du parti UNIR et des ministres ont été incendiés et pillés. Le domicile du ministre était gardé par deux agents de force de l’ordre qui n’ont pas fait usage de leurs armes conformément aux instructions des plus hautes autorités.

En conséquence, les manifestants ont arraché leurs armes et minutions et ensuite ils les ont égorgés.

A Lomé, le bureau de la douane togolaise desservant les pays de l’hinterland, situé en périphérie de la capitale a été incendié.

A Mango et à Bafilo également, des maisons des cadres du parti au pouvoir (UNIR) ont été saccagées, pillées et brûlées. Par ailleurs, les manifestants ont forcé violemment les élèves des écoles à sortir de leurs classes, et obligeant des enfants mineurs à se joindre aux manifestations, faisant ainsi des blessés innocents.

Dans la nuit du 22 au 23 novembre 2019, des violences armées ont été perpétrées à Lomé et à Sokodé par un groupe dénommé ‘Tigre Révolution’. Un gendarme est décédé des suites de ses blessures et des 4 armes AK47 ont été emportées.

Gérôme LENOUVEAU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here