En 7 ans la production halieutique s’est accrue sur le lac Nangbéto, grâce au PASA.

0
296

Par Impartial Actu le 09 Juin 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Sur le lac Nangbéto (dans la région des Plateaux), la production halieutique s’est accrue, passant de 600 tonnes en 2012 à 3200 tonnes en 2019, soit une augmentation de 400%. Des résultats encourageants obtenus grâce à une approche de gestion basée sur l’élaboration et la mise en œuvre des plans de gestion des pêcheries continentales, développées par le Projet d’appui au Secteur Agricole (PASA).

Au Togo, la pêche implique au moins 22.000 personnes (10.000 pêcheurs et 12.000 femmes transformatrices de poissons). Tout calcul fait, le secteur contribue à 4% au PIB agricole, à 1,3% au PIB national et fait vivre plus de 150.000 personnes.

Mais, les ressources halieutiques faisaient l’objet d’une exploitation anarchique, caractérisée par l’utilisation des engins et pratiques prohibés, entraînant des captures de juvéniles.

Pire, les grands plans d’eau pourvoyeurs de poissons tels que le lac de Nangbéto (18.000 ha), le système lagunaire (6400 ha) et le barrage de Koumfab à Dapaong (400 ha) sont les plus touchés par cet épuisement de stocks des espèces de poissons.

Ce qui a motivé l’Etat à développer une approche de gestion basée sur l’élaboration et la mise en œuvre des plans de gestion des pêcheries continentales. A Nangbéto, les résultats sont émouvants.

Ce plan a été adopté en août 2013 dans le cadre de la mise en œuvre de la sous composante 1.3 du Projet d’appui au secteur agricole (Pasa) qui vise principalement à améliorer la gestion de la pêche continentale et à développer la pisciculture.

Au niveau national, 32201 tonnes de poissons ont été produites en 2016 par une population d’environ 10 000 pêcheurs.

Pour développer durablement la pêche continentale dont la production est estimée à 6243 tonnes en 2016 , des mesures d’ordre réglementaire ont été prises depuis 2006 pour réguler les activités liées à la capture.

C’est ainsi que des dates d’ouverture et de fermeture de pêche ont été déterminées sur le lac Nangbéto dans la préfecture de l’Ogou et le barrage de Koumfab dans la préfecture de Tône dans le souci du respect de la période de reproduction ou de repos biologique des différentes espèces de poissons.

Le Gouvernement dans l’élaboration du Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) et dans sa sous-composante Promotion des filières halieutique sa retenu des actions visant le développement des chaînes de valeur liées à la pêche et à l’aquaculture à savoir la production, la transformation et la commercialisation.

Le projet d’appui au secteur agricole (PASA), l’un des projets de ce programme, financé par la Banque Mondiale, soutient le Gouvernement dans la réalisation de ces actions.

En effet des plans de gestion des pêcheries continentales ont été élaborés et adoptés de manière participative par l’implication des communautés dépêche et des autorités locales pour les plans d’eau, grands pourvoyeurs de poissons que sont le lac Nangbeto, le système lagunaire et le barrage de Koumfab.

Thibault Montagnard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here