Entrepreneuriat féminin : Le PAEIJ-SP veut passer de 25% à 40% de femmes intervenant dans ses chaines de valeurs d’ici 2021.

0
368

Par la Rédaction le 27 Août 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Dans sa stratégie de contribuer à booster l’économie nationale, le Projet d’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs (PAEIJ-SP) a accordé une place de choix aux femmes. Ceci à travers un volet spécial dédié à l’accompagnement de l’entrepreneuriat féminin. C’est donc dans la continuité des ses actions que l’Unité de Gestion du PAEIJ-SP (UGP PAEIJ-SP) a recruté le groupement CASADDVR-RAID, pour la mise en oeuvre de ce volet.

Le groupement d’ONG : Centre d’Action pour la Sécurité Alimentaire le Développement Durable et la Valorisation des Ressources et Recherche et Appui aux Initiatives de Développement (CASADDVR-RAID), ont ainsi réalisé en ce sens un travail de terrain qui vise à identifier les actions idoines à mener pour pouvoir accompagner les dix-mille (10.000) femmes entrepreneurs dont dispose à l’heure actuelle le PAEIJ-SP, dans les chaînes de valeurs dans tout le pays.

C’est dans le dessein d’apprécier les résultats du diagnostic dans les cinq (5) régions et de faire le diagnostic par les acteurs intentionnels de la promotion de l’entrepreneuriat des femmes au Togo, que le PAEIJ-SP en partenariat avec le groupement CASADDVR organisent jeudi à Lomé, un atelier de validation du rapport provisoire du diagnostic de l’entrepreneuriat féminin par les acteurs des Chaines de valeurs promues par le PAEIJ-SP et du diagnostic de la promotion de l’entrepreneuriat féminin par les mécanismes et structures d’accompagnement de l’entrepreneuriat au Togo.

Une fois le rapport validé, le PAEIJ-SP va intensifier des actions visant à améliorer le taux de femmes entrepreneurs disponibles actuellement dans les chaines de valeurs qu’il promeut. Idem pour les entreprises gérées par les femmes, qui bénéficieront elles, d’une meilleure gestion. A expliqué, l’expert national en développement du secteur privé du PAIEJ-SP, Kluvi Komlan.

« Nous voulons passer de près de 25% de femmes entrepreneurs que nous avons aujourd’hui dans nos chaines de valeurs à 40% de femmes, d’ici le 31 décembre 2021 », a-t-il glosé.

Le rapport révèle selon Agossou Affo Bindè Directeur de l’ONG CASADD-VR, que les femmes entrepreneurs sont confrontées à un certain nombre de difficultés relativement à la sous-représentation. Pour lui cet atelier arrive à point nommé pour peaufiner les stratégies visant à combler ce déficit afin de pouvoir atteindre les 40% de femmes bénéficiaires du projet en décembre 2021.

« Pour atteindre ces chiffres, il faut mettre en place d’une part, un système rationnel. Et, accompagner de façon spécifique les femmes bénéficiaires d’autre part. Nous nous sommes rendus compte à partir de l’étude que, les femmes ont des besoins spécifiques et donc l’accompagnement sera ciblé et spécifique. Nous aurons également à réaliser une académie des jeunes femmes, entrepreneurs qui permettra d’améliorer l’approche d’appui des femmes qui sont sur les volets production et transformation », a-t-il expliqué.

Recruté par l’Unité de Gestion du Projet (L1GP) pour améliorer la prise en compte des aspects du genre et d’inégalité entre les femmes et les hommes dans l’analyse et l’implémentation des activités prévues dans chaque composante du PAEIJ-SP , le groupement CASADDVR-RAID a pour mission d’appuyer et d’accompagner les entreprises de femmes que ce soit les PME, les primo-entreprises ou coopératives, d’améliorer le taux d’insertion des femmes dans les chaines de valeur et le monitoring des actions liées à l’entrepreneuriat féminin.

Marcel Cassanova

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here