« Epo kom », cette pâte locale à base de mil, prisée au Togo 

0
643

Lomé le 15 décembre 2017.

Elle est consommée du Caméroun au Tchad mais constitue une première au Togo. Portrait d’un Jeune entrepreneur dans la vingtaine, vendeur de cette pâte locale au Togo.

Au début, Atassé Ayité Ekoué  Jean  , la vingtaine, n’avait même pas pu réunir 30 000 F.Cfa de capital pour démarrer son business.  C’est avec l’aide de sa mère qu’il s’est quand même lancé dans la préparation et la commercialisation du « Epo Kom », cette pâte locale à base du mil  consommée  du Cameroun au Tchad, en passant par la Centrafrique, presque inexistant au Togo. Cet aliment est devenu l’idée ingénieuse du jeune entrepreneur togolais qui commercialise cette pâte, une denrée incontournable de la cuisine Africaine.

Cuite à la vapeur après un procédé ingénieux, elle est faite à partir de mil et accompagne la majorité des sauces de tomates ou de laitues faites à base des viandes et poissons (frais ou fumés),des sauces qui constituent l’embase de cet aliment local. Voulant montrer cette créativité gastronomique,le jeune entrepreneur proposait ce plat à vertu thérapeutique lors des Foires que ce soit à la quinzaine commerciale du grand marché de Lomé ou à l’Université.

Deux ans plus tard, Atassé a créé sa propre  entreprise « Africa Food » située à Avedji-Sito en face du goudron derrière le « bar carrefour y  » une périphérie de Lomé, et réalise un chiffre d’affaires d’environ 150 000 FCFA par semaine.

La durée de la vente de la pâte à mil allant de 18h à 23heures, Atassé a déjà crée 04emplois et ces derniers sont payés à 1000francs par jour soit 7000francs cfa par semaine.

Jean  a appris ce travail auprès de sa mère, dès son bas âge. A l’époque,les togolais prisaient le céréale pour sa boisson mais aujourd’hui, c’est sa pâte locale qui font leurs choux gras. Ces recettes dépendent de la période de préparation de la pâte du mil: « quand il y a beaucoup de mil, le prix du sac aussi diminue (à 35 000f le sac ou moins). Alors nombreuses sont les femmes qui viennent s’en procurer. Mais quand le prix du sac est élevé (au-dessus de 47.000f), elles ne s’en procurent pas assez et cela interagit sur nous, qui sommes vendus à 800Francs CFA le bol » A  confié Atassé. Une situation qui  fait varier la quantité de production et augmenter ou diminuer le bénéfice.

Il  prépare 04 marmites par jour soit 2100 boules de pâte locale par semaine.

Ce jeune togolais prépare trois à cinq fois par jour, le « Epo kom». Il prépare sur un site et envisage d’autres sites différents, pour booster sa production: « je prépare généralement entre 04 et 05 marmites d’Epo kom. Mes bénéfices naviguent entre 60 000FcFA  et 150 000 F. Cfa par semaine».

L’argent gagné par Atassé Ayité Ekoué lui permet de s’occuper de lui même et de ses proches.

« Aujourd’hui je peux dire que cette vente est plus qu’un métier. Sur mon site, je me sens comme à la maison. Il y a ceux qui se lèvent le matin, qui soupirent et se disent « encore une journée de boulot… ». Et puis il y a moi, qui a le sourire quand je vais travailler. J’arrive déjà à aider tous ceux qui me sont proches grâce à ce métier ».A t-il laissé entendre.

Il poursuit et indique la raison pour laquelle, il a eu l’idée de créer son entreprise,la satisfaction qu’elle lui procure et a fait un clin d’œil au Faiej,le Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques.

« Je me dis que j’ai eu raison parce que cette vente me procure satisfaction et j’y vois tout un tas de possibilités. C’est ça qui me donne la niaque et j’adore ce que je fais. Pour l’instant je tiens ce site mais par l’aide du FAIEJ, si Dieu le veut, je pourrai créer plusieurs annexes ,plusieurs emplois et payer des matériaux de travail. » A t-il affirmé.

Le jeune entrepreneur togolais ambitionne aussi de s’implanter sur le continent Africain en créant un réseau de formation et un laboratoire de transformation des produits locaux. Avec une plateforme propre.

Impartial Actus

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here