Équité genre : l’AGPEF en action contre les violences basées sur le genre à Notsè

0
121

Par la Rédaction le 28 Mai 2021

(IMPARTIAL ACTU)- L’Alliance Globale pour la Protection de l’Enfant et de la Femme (AGPEF) a renforcé les 13 et 14 mai derniers au cours d’un atelier à Notsè, les capacités des filles leaders sur les mécanismes de prévention et de gestion des VBG en période de crise sanitaire au Togo. Le séminaire s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de documentation, d’assistance et de plaidoyer en faveur des victimes de violences basées sur le genre au Togo (DAPFV-VBG), très chère à l’alliance.

De fait, l’AGPEF multiplie des efforts pour atteindre sa vision. Celle d’un monde marqué par une équité genre à tous les niveaux. En ce sens elle a mis en exécution des programmes et projets notamment le projet de documentation, d’assistance et de plaidoyer en faveur des victimes de violences basées sur le genre au Togo (DAPFV-VBG). L’atelier de Notsè a donc servi de créneau idéal pour outiller 20 jeunes filles leaders de différentes catégories sociale à savoir : les apprenties, les élèves et les jeunes femmes au foyer.

Les travaux de la cession ont été ouverts par SEFENU Yawovi, maire de Haho 1. Dans son allocution, il a souligné le caractère importantissime de l’initiative. Pour lui c’est une véritable aubaine d’étaler les abus et violences dont sont victimes les jeunes filles et femmes de sa commune.

« Je salue cette initiative de l’AGPEF et en partenariat avec le fonds Pananetugri. C’est pour moi un grand honneur que la commune dont j’ai la charge soit ciblée par ce projet. A vous chères participantes, c’est une occasion qui n’arrive pas chaque jour. Vous devez vous y mettre à fond pour mieux appréhender les connaissances qui vous seront données. Cet atelier vous sera bénéfique mais il le sera aussi pour toutes les filles et femmes de notre commune. Mon équipe et moi allons vous accompagner afin qu’au terme de cette lutte, de résultats probants soient engrangés », a exhorté SEFENU Yawovi Maire Haho 1.

Concrètement, plusieurs modules ont meublé les travaux de cet atelier de deux jours. Dans sa présentation Dr Irène DJAHLIN, facilitatrice a d’entrée attiré l’attention des participantes sur les mécanismes de prévention et de gestion des violences basées sur le genre en période de crise sanitaire au Togo.

A travers ce module, la facilitatrice a abordé les différentes formes de violences basées sur le genre et les fondements des différents mécanismes de prévention et gestion. Les participantes ont été invitées à cultiver désormais le sens de dénonciation des VBG.

Parole a ensuite été donnée aux participantes. Séance au cours de laquelle dix (10) survivantes des VBG identifiées à Notsè ont été écoutées et assistées pour un relèvement psychologique et social.

Par ailleurs, une présentation détaillée du guide d’accompagnement pour les victimes et survivantes de violences basées sur le genre au Togo a été faite aux participantes.

« Elles ont été outillées de ce guide en vue d’en être le porte flambeau dans leurs environnements directs et indirects afin de prévenir et réduire les violences basées sur le genre à Notsè, notamment dans la commune de Haho 1 » a laissé entendre Dr Irène DJAHLIN, facilitatrice.

Aussi, le guide a été remis aux leaders communautaires pour les aider et les impliquer dans la lutte contre les VBG dans la communauté. Une démarche qu’ils ont apprécié à sa juste valeur. L’alliance évoque par la même occasion l’urgence de mobiliser plus de ressources pour assurer une prise en charge holistique psycho-sanitaire, judiciaire, socio-économique et scolaire à certaines victimes qui en ont vraiment besoin.

L’AGPEF envisage organiser dans les jours à venir des ateliers de renforcement des capacités de 40 jeunes filles leaders à Sokodé et Lomé et des rencontres de plaidoyer à l’endroit des leaders communautaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here