Faure Gnassingbé au Xè sommet du dialogue BRICS-Afrique: « La CEDEAO a élaboré une vision qui comporte des projets prioritaires »

0
543

Publié par Woditè DOKOU le 27 juillet 2018.

(IMPARTIAL ACTU) La capitale sud africaine Johannesburg a accueilli ce vendredi 27 juillet 2018 le 10 ème sommet du dialogue BRICS-Afrique. Les réflexions de cette rencontre ont tourné autour du thème « comment renforcer la coopération entre les BRICS et l’Afrique pour une croissance inclusive et une prospérité partagée ? ».

Présent à cette rencontre, le numéro 1 togolais, Faure Gnassingbé, a dès sa prise de parole témoigné au nom de ses homologues Chefs d’États de l’espace CEDEAO, sa gratitude aux leaders des BRICS d’avoir adressé l’invitation, aux pays de la communauté sous-régionale qu’il préside et à l’Afrique toute entière à participer à ce forum de dialogue entre les pays des BRICS et d’autres Etats africains et non africains.

Dans son discours, le chef de l’État togolais, a rappelé que la CEDEAO est une organisation qui regroupe quinze (15) Etats et représente à peu près une population de 320 millions d’habitants.

« La CEDEAO remercie les leaders des BRICS pour cette invitation qui traduit leur esprit d’ouverture, et sens de solidarité. Nous souscrivons également au thème de la réunion des BRICS de cette année, car il correspond aux efforts inlassables que nous déployons au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest pour plus d’intégration économique et le bien-être des populations. Et ces efforts ont pour socle, la croissance inclusive et le développement partagé. Nous avons, au sein de la CEDEAO élaboré une vision, « la vision 2020 » que nous avons baptisée : «vers une communauté démocratique et prospère ». Elle vise à parvenir à une région de paix et de prospérité découlant des engagements de développement à long terme pris par l’ensemble de nos pays. Elle repose sur cinq piliers transformationnels pour le développement intégré de l’Afrique de l’Ouest à savoir la paix et la sécurité, la bonne gouvernance, la mise en valeur des ressources de la région, l’intégration économique et monétaire et la promotion du secteur privé », s’est-t’il fait entendre d’entrée de jeu.

Il poursuit son allocution, en précisant que cette vision élaborée en collaboration avec ses homologue chefs d’États de la CEDEAO, s’est traduite par un programme communautaire de développement dont la version révisée adoptée par les chefs d’Etat en décembre 2016 comporte des projets prioritaires dans le domaine des infrastructures de transport, de l’énergie, de l’agriculture et de la santé.

« L’un des projets majeurs de ce programme communautaire de développement est le projet de con￾struction d’une autoroute Lagos-Dakar en deux phases à savoir la phase Lagos-Abidjan et la phase Abidjan-Dakar. La première phase est le tronçon par lequel transitent 70% des marchandises de la région et relie les deux grandes capitales économiques que sont Abidjan pour la République de Côte d’Ivoire et Lagos pour la République Fédérale du Nigéria. Pour mettre en œuvre efficacement ces chantiers lancés dans le cadre de la «vision 2020 », des Task Force de haut niveau composées des chefs d’Etat de la sous-région sont mises en place. C’est le cas notamment de la Task Force sur le programme de la Monnaie unique de la CEDEAO et de la Task Force sur le programme de libéralisation des échanges.Sur l’ensemble de ces chantiers, il existe de bonnes opportunités de coopération avec les BRICS car, nous savons que vos pays excellent dans le domaine de la construction des infrastructures. », a précisé Faure Gnassingbé Président de la République Togolaise.

Il a donc saisi cette opportunité qui lui ait offerte en invitant les pays des deux organisations, les BRICS et la CEDEAO, à se rapprocher pour étudier les possibilités de coopération et de partenariat. Dans cette perspective, un partenariat gagnant-gagnant avec la nouvelle banque de développement créée par les BRICS en 2016 pourrait se nouer avec la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC).

« Je pense que ce sont deux bras financiers au service du développement qui pourraient se rapproch￾er peut-être par une prise de participation croisée dans les structures pyramidales de chacune des deux institutions.Pour finir, je voudrais féliciter les pays des BRICS pour ce qu’ils ont réussi à accomplir en dix ans. Aujourd’hui, je crois que les BRICS constituent un leadership alternatif au niveau mondial.Je voudrais vous féliciter pour la détermination avec laquelle vous soutenez les valeurs de libre-échange et de multilatéralisme dans le monde ». C’est sur ces mots qu’il a clôt son discours.

La Rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here