Football/Contentieux-ASFOSA-Gbikinti : insatisfaite ASFOSA veut saisir la commission d’éthique de la FTF

0
107

Par René DOKOU le 19 août 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Le litige opposant ASFOSA de Lomé à Gbikinti de Bassar, est toujours d’actualité. La commission de discipline de la Fédération Togolaise de Football (FTF) a dans une décision rendue publique très récemment déclaré forfait et perdu le match ayant mis aux prises les deux clubs de la deuxième division togolaise. Une rencontre remportée par le club de Lomé sur le résultat de 3-0. Avec cette décision ASFOSA est tout simplement reléguée en division inférieure.

Pas du tout d’avis avec la décision de la commission de discipline de la FTF, Amouzou Têtê Antonio président d’ASFOSA a effectué mercredi 18 août 2021, une sortie musclée lors d’un point de presse qualifiant cette décision de partiale.

De fait, le match de barrage opposant ASFOSA de Lomé et Gbikinti de Bassar qui a été soupçonné d’être manipulé, poussant la Commission de discipline de la Fédération togolaise de football (FTF) à convoquer les principaux acteurs concernés pour une audition. Ceci suite à la saisine de la commission de discipline, une saisine faite par le club de Bassar en date du 21 Juillet 2021 par une lettre intitulée « lettre plainte contre l’équipe d’ASFOSA, l’entraineur pour corruption, match. truqué et Monsieur DAKOU Gérôme pour Complicité de corruption », demandant ainsi à ladite commission de « sanctionner tout comportement portant atteinte à l’intégrité et à l’image du football et de ses instances et notamment les attitudes contraires à la loi, la morale et à l’éthique, de sanctionner les personnes indiquées et de considérer l’équipe d’ASFOSA comme civilement responsable de ladite corruption ».

Ainsi ce dernier match des barrages qui opposait GBIKINTI à ASFOSA a été joué au stade municipal de KARA Le 17 Juillet 2021, et malgré sa victoire 3-0 sur GKIKINTI la commission de discipline de la FTF a jugé bon de reléguer le club de Lomé en D3 suite à la plainte formulée par le club de Bassar.

Une décision balayée du revers de la main par la direction du club de Bè-Ablogamé, et qui réaffirme que ASFOSA est et demeure un club de la D2 togolaise. Le président Amouzou Têtê va loin dans son développement et juge la commission de discipline de la FTF incompétente à statuer sur cette affaire.

« GBINKINTI FC a déposé une plainte pour corruption or son dossier a été enregistré comme une évocation avec une somme de (50.000FCFA) comme frais d’évocation. Ce qui témoigne de l’inexistence de la plainte comme mode de saisine de la commission de discipline », a laissé entendre Amouzou Têtê Antonio.

Pour le président des jaune et noir de Bè-Ablogamé, seul le code d’éthique a des dispositions relatives à la plainte.

Ainsi, il renseigne que conformément à l’article 61 du code d’éthique intitulé droit de déposer une plainte, « Toute personne à laquelle s’applique le présent code peut déposer une plainte auprès du secrétariat de la chambre d’instruction au sujet de possibles infractions potentielles aux dispositions du présent code. La plainte doit être déposée par écrit et être assortie des preuves disponibles. Le secrétariat informe le président de la chambre d’instruction des plaintes déposées et agit selon ses instructions ».
Dans son communiqué de presse, la direction de l’ASFOSA juge l’acte posé par le coach Amah, d’un acte personnel et le club compte tout mettre en œuvre pour être maintenu en D2 la saison prochaine.

« Il ne s’agit pas d’une mission du club. C’est un acte détachable de sa fonction. Ainsi, dès qu’il outrepasse sa mission qui lui a été confiée, l’entraineur répondra seul de ses actes. C’est une responsabilité pleine, entière et personnelle », a précisé le président.

Avant de poursuivre qu « au demeurant, si le président maintenait cette décision contre ASFOSA pourquoi il n’a pas rattaché la faute du gardien de GBIKINTI a son club pour faire perdre le match par forfait au club GBIKINTI ? En tout été de cause l’ASFOSA a déjà pris les dispositions pour saisir la commission de recours pour le rétablissement de ses droits ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here