Garantir une éducation de qualité pour tous, le Togo s’y attelle

0
266

Par la Rédaction le 11 Novembre 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- L’éducation est un puissant outil de lutte contre les inégalités sociales. C’est l’un des droits humains fondamentaux. Elle joue un rôle déterminant dans le développement socioéconomique. Au Togo, les autorités portent un regard bienveillant au secteur depuis des années avec des efforts consentis ici et là, notamment en matière de ressources financières. Elles ont été multipliées par 07 sur les 15 dernières années.

 

De 25 milliards de francs CFA en 2005, celles-ci sont passées à 174 milliards en 2019. Perpétuellement, le pays ne recule devant rien pour offrir aux apprenants une éducation de qualité, comme le stipule le quatrième Objectif de développement durable (ODD).

Au rang des actions engagées pour moderniser le secteur au Togo, il y a la construction des Ecoles normales d’instituteurs (Eni) et de 5 300 salles de classes dont 300 équipées de Technologies de l’information et de la communication (Tic) ; le recrutement de 22 400 enseignants. A cela s’ajoutent la construction des blocs pédagogiques administratifs et sanitaires et l’effectivité des cantines scolaires. Par ailleurs, les autorités ne perdent pas de vue l’adéquation entre les programmes d’enseignement de base, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.

Les objectifs quinquennaux

D’autres initiatives comme la construction de 25 000 salles de classes, des structures d’apprentissage et de formation professionnelle comme les Instituts de formation en alternance pour le développement (Ifad) ; le développement des filières (dans l’enseignement supérieur) à haute valeur ajoutée et adaptées au marché de l’emploi, sont prévues pour les 05 prochaines années.
Des idées portent aussi sur la construction de 03 collèges universitaires dans les régions des Savanes, Centrale et Plateaux pour dispenser des formations pratiques et de niveau supérieur aux jeunes ; la mise sur pied des structures d’apprentissage, de formation pratique et professionnelle dans les préfectures ; l’élargissement du dispositif Environnement numérique de travail (ENT) à d’autres établissements en s’appuyant sur le développement du numérique pour permettre aux apprenants de maîtriser le français, l’anglais, les mathématiques ; l’amélioration de l’attractivité du métier d’enseignant, de formateur et d’éducateur, particulièrement dans les matières scientifiques, etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here