Le Togo n’oublie pas ses enseignants

0
808

Par René DOKOU, le 18 novembre 2021

(IMPARTIAL ACTU)- On ne peut promouvoir le droit de tous à une éducation de qualité sans offrir au système scolaire lui-même, un personnel en nombre suffisant. Selon l’Unesco, 1 180 321 enfants étaient en âge d’aller à l’école primaire en 2015. Jadis, le pays n’avait que 33 900 enseignants du primaire, dont 32,6% seulement d’entre eux avaient les qualifications requises et le ratio était de 41 élèves pour un enseignant.

Convaincus qu’ils peuvent mieux faire, le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé et ses collaborateurs ont déclenché une batterie de réformes parmi lesquelles fait partie la politique nationale relative aux enseignants.

C’est en décembre 2020, lors d’un Conseil des ministres que le gouvernement a présenté pour la première fois une communication liée à la politique enseignante dont le but est de rehausser le niveau de l’éducation nationale.

Une politique crédible et ambitieuse

Le premier volet du projet porte sur l’efficacité des enseignants. Il précise les normes d’exercice de la profession, la formation, le recrutement, la rétention et le déploiement rationnel des enseignants sur le territoire. Le deuxième axe concerne la motivation des enseignants, la structure et le parcours de carrière, les conditions d’emploi et de travail, la gratification et la rémunération.

Enfin, le dernier point traite du professionnalisme des enseignants, de leur redevabilité, la prévention des conflits entre employeurs et organisations d’enseignants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here