Lomé abrite la Conférence Internationale sur le Développement à la Base

0
175

Par René DOKOU le 29 juillet 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Lomé abrite depuis jeudi matin la Conférence Internationale sur le développement à la base. Cet événement est conjointement organisé par la République Togolaise et l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dont le Togo est membre. « Les stratégies ou approches novatrices et la résilience des politiques publiques pour les communautés à la base », voilà le thème central autour duquel gravitent les discussions.

De nombreux officiels et experts (côte d’ivoire, Sénégal, Argentine, Indonésie ainsi que les décideurs politiques africains, représentants locaux, organisations internationales, universitaires, société civile) ont répondu présents à cette rencontre présidée par Mme Victoire Tomégah-Dogbé en présence de Mario Pezzini directeur général de l’OCDE. Occasion pour les uns et les autres de partager les différentes expériences acquises avec la mise en œuvre des politiques publiques dans les différents pays sur plusieurs continents. Plusieurs panels et sessions d’échanges ont été animés lors de ce premier jour de la conférence et d’autres sont également au menu pour la journée de demain vendredi.

« Le Togo a pour vision de construire son développement à travers l’inclusion sociale et économique de ses communautés à la base, un développement qui ne laisse personne de côté. Dès 2008, le pays a centré ses efforts sur l’accès au minimum vital commun, à travers l’approche de développement à la base et d’inclusion des groupes vulnérables avec pour ambition de consolider le développement social. À cet effet, le gouvernement a mis en place des mécanismes destinés à répondre aux besoins fondamentaux des populations les plus pauvres du Togo, tant en milieu rural que dans les zones urbaines et périurbaines », a déclaré Victoire Tomégah-Dogbé Premier ministre de la République Togolaise.

Elle poursuit en précisant qu’en dépit des mécanismes existants, la crise provoquée la pandémie de la COVID-19 a mis en avant les difficultés des communautés locales à faire face aux chocs exogènes. Cette pandémie en mettant à mal les économies des pays en développement atoutefois permis aux Etats de se dépasser et de repenser les programmes publics destinés aux populations vulnérables et d’améliorer les actions en vue de combler les écarts sociaux et économiques entre les populations.

« Ainsi le Gouvernement togolais, dès les premiers mois de la pandémie, en plus des dispositions sanitaires, a pris des mesures sociales, économiques et fiscales en s’appuyant sur le mécanismes existants, afin de soutenir les plus vulnérables et de permettre aux entreprises, d’atténuer les effets de la crise. Ces mesures ont permis entre autres de distribuer 13 308 224 040 FCFA à 819 972 parmi les togolais les plus vulnérables, de mettre en place une ligne de financement de 20 milliardsFCFA mise en via le Secré tariat d’Etat chargé de la finance inclusive », a-t-elle glosé.

“Penser des mécanismes de planification à la base avec les communautés est indispensable. D’autres pays se posent des questions similaires mais n’ont pas encore expérimenté tel que le Togo l’a fait. Nous (OCDE) pensons que cet effort du Togo est remarquable et il faut le faire connaître”, a déclaré Mario Pezzini.

Depuis plus d’une décennie, le Togo a en effet mis l’accent sur le développement à la base à partir des communautés. Des dizaines de programmes et projets ont été initiés par le Gouvernement, pilotés par une agence nationale (Anadeb). Avec le processus de décentralisation en cours, l’exécutif ambitionne de collaborer plus étroitement avec les communes pour mieux impacter les populations.

Depuis 2011, le Togo a consacré plus de 100 milliards FCFA au profit du développement à la base.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here