Lomé abrite une rencontre sous-régionale de riposte contre le poliovirus dérivé.

0
362

Par Impartial Actu le 28 novembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Les avancées remarquables réalisées par les pays d’Afrique de l’ouest, dans la lutte contre la poliomyélite, se sont enfin de compte réduites en un défi à relever. Raison pour laquelle, un atelier de renforcement des capacités des pays à mieux gérer les flambées de poliovirus dérivé de souche vaccinale en Afrique de l’ouest, a ouvert ses portes mercredi à Lomé.

En effet du 26 au 29 novembre, les acteurs du système de santé publique de la sous-région vont se pencher sur les questions de renforcement des capacités des pays à mieux gérer les flambées de la poliomyélite en Afrique de l’ouest à travers la remise à niveau des principaux acteurs de la surveillance épidémiologique sur les procédures opérationnelles standard révisées de la surveillance de la poliomyélite.

Dans son discours d’ouverture des travaux de cet atelier, le secrétaire général du ministère de la santé et de l’hygiène publique, le Médecin colonel Awoussi Sossinou, a souligné que la poliomyélite, est une infection virale très contagieuse touchant essentiellement les enfants de moins de cinq ans et provoquée par un virus.
« Ce virus envahit le système nerveux et va rapidement entraîner dans un cas sur 200, une paralysie totale en quelques heures, paralysie qui va devenir irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% vont mourir lorsque leurs muscles respiratoires vont cesser de fonctionner », a-t-il informé.
D’après les chiffres avancés par les partenaires techniques et financiers (UNICEF et OMS), 151 cas de poliovirus circulant dérivés de la souche vaccinale de type 2 détectés par le système de surveillance de paralysies flasques aiguës dans le monde en 2019, 138 cas ont été révélés dans 13 pays du continent africain avec 70% des cas en Afrique de l’ouest.

« Nous faisons face un gros risque d’épidémie de polio dans le monde et plus particulièrement en Afrique de l’ouest, nous nous devons de trouver des solutions durables et novatrices face à ce risque de propagation des cas de poliovirus dérivés de la souche vacinale de type 2 » a laissé entendre Dr Aissata Ba Sidibé, Représentante de l’UNICEF au Togo.
Le coordonnateur de la équipe d’intervention rapide, Dr Ndoutabé Modjérom, en ce qui le concerne a donné les raisons de la tenue de cette grande rencontre de Lomé.
« Nous avons décidé d’organiser cette rencontre de Lomé, pas pour les pays qui sont déjà touchés mais pour les pays qui ne sont pas encore touchés, il est question de renforcer les capacités des nationaux à pouvoirs mieux gérer cette épidémie si jamais elle s’annonce dans des pays encore indemnes tels que le Sénégal, le Cap vert, la Mauritanie, et les états frontaliers avec les pays touchés », a t-il fait savoir.

L’initiative Mondiale pour le Éradication de la Polio faut-il le rappeler a été lancée en 1988. Et grâce à l’appui technique et financier des partenaires de cette initiative, beaucoup d’avancées et de succès dans la lutte contre la poliomyélite ont été enregistrés dans tous les pays à travers le monde.

Désiré KOSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here