OTR : à quand la réinsertion des inspecteurs des douanes et des impôts redéployés dans l’administration publique ? Sani Yayi interpellé

0
434

Par la Rédaction le 29 Janvier 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Que sont devenus les inspecteurs stagiaires des douanes et des impôts des promotions 2013, 2014 et 2015 mis à la disposition du ministère de l’économie et des finances à la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR) ? Une question qui peut paraître banale aux yeux de certains, mais qui créée d’énormes préjudices non seulement professionnels mais économiques aux victimes de cette décision.

Selon les faits, par arrêtés n°073 MFP, n°076 MFP, n°074 et n°080 MFP du 07 janvier 2014 (cycle III) et n°2107/MFPTRA/ZNA du 02 décembre 2015 (cycle II), les inspecteurs stagiaires de ces deux catégories ont été mis à la disposition de l’administration publique sous le contrôle du ministère de l’économie et des finances.

Mais bizarrement, le ministre en charge de ce portefeuille à l’époque, M. Ayassor Adji Otèth a récusé l’applicabilité de ces décisions, sous prétexte qu’elles interviennent à une période où l’administration de la Douane et des impôts était en réforme pour donner une nouvelle forme à l’institution (des démarches pour la création de l’OTR à l’époque).

Par ricochet, ces agents étaient redéployés dans l’administration publique mais pas sous le contrôle de leur ministère de tutelle.
Les concernés étaient naturellement assujettis à cette décision d’humeur du patron de l’économie et des finances d’antan (Ayassor).

Mais au fil des années et surtout avec la mise en place et les prouesses de l’OTR, ces derniers constatent qu’ils sont carrément laissés pour compte dans leurs administrations respectives d’accueil (administration publique).

Le fait le plus criard qui donne raison à ces jeunes inspecteurs des impôts et de la Douane laissés sur les carreaux à la création de l’OTR, est que cette régie financière exprime toujours le besoin de ressources humaines pour renforcer son personnel, ce malgré leurs multiples revendications de réinsertion dans l’administration fiscale.

« Nous avons fait recours à presque toutes les autorités administratives et politiques compétentes, mais il nous revenait que le ministre d’État Ayassor était intransigeant sur sa décision. Même le ministre Gilbert Bawara a promis régler cette situation mais que nenni. On a mis à contribution l’ancien premier ministre Selom Klassou, et également l’actuel ministre de l’économie et des finances Sani Yayi mais le résultat est le même », a fait savoir un des leaders du groupe des inspecteurs des douanes et des impôts des cycles II et III des promotions 2013, 2014 et 2015.

Les intéressés au regard de ce traitement administratif qu’ils déplorent avec amplification, est selon eux une réelle sous exploitation.

« Nous sommes actuellement redéployés dans l’administration publique, dans les ministères et dans d’autres structures étatiques ou parapubliques comme la TVT, la Radio Lomé, ATBF, ITRA, au ministère des sports, celui de la décentralisation, à l’enseignement primaire et secondaire, à l’action sociale,…, et bien que nous soyons formés pour les administrations fiscales (impôts et douanes) », a par ailleurs relevé ce dernier.

Ce groupe ne baisse guère les bras et compte sur la bonne foi et le sens du professionnalisme de l’actuel ministre chargé de l’économie et des finances Sani Yayi et de la compassion dont a toujours fait preuve Mme Victoire Tomégah-Dogbé Premier ministre en fonction, de les sortir de cette déplorable situation.

Au regard de tout ce qui précède, il est de bon ton que les autorités administratives et politiques du pays règlent ce problème, pour permettre une bonne ambiance au sein de l’administration fiscale.

Nous y reviendrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here