Paboupati Président de l’ANIAC : « la traçabilité des produits chimiques, c’est ça notre mission »

0
399

Lomé le 19 décembre 2017.

Le gouvernement du Togo dans sa volonté de se conformer aux dispositions de la convention, sur l’interdiction de la mise au point , de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et leur destruction, signée à Paris le 13 janvier 1993 et entrée en vigueur le 29 avril 1997 ; a crée l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques(ANIAC). L’ANIAC a donc pour mission principale, d’assurer la traçabilité des produits chimiques au Togo.

Installée depuis trois mois de cela, l’ANIAC, a lors d’une conférence de presse animée ce mardi 19 décembre 2017 à Lomé, décidé d’informer le public via le canal des médias, d’abord de son existence, et ensuite de sa volonté de commencer à appliquer les dispositions relatives à la mise en ouvre de la convention sur l’interdiction des armes chimiques au Togo.

Ladite convention qui compte aujourd’hui plus de 192 États parties, prend en compte des besoins légitimes de sécurité des Êtas, la recherche inlassable de l’équilibre, le recours au règlement pacifique des conflits et enfin la volonté de l’application du droit humanitaire. A ce sujet, toutes les entités commerciales et toutes celles qui traitent des produits chimiques concernés par la convention ou des produits chimiques organiques définis(PCOD), sont invités à collaborer afin que le Togo puisse bénéficier des avantages qu’offre la coopération technique de l’OIAC. Pour ce faire, ces entités doivent fournir à l’ANIAC des informations sur leurs activités sous forme de déclarations, dans l’optique de recevoir en cas de besoin une mission d’inspection. En acceptant les visites et inspection de l’ANIAC, une entreprise peut se prémunir des accusations non fondées de sa participation à des activités liées à des armes chimiques et démontrer sa conscience sociale envers le public, renforçant ainsi sa réputation et son profil humanitaire.

Pour le Prof BOYODE Paboupati Président de l’ANIAC, le concept des armes chimiques pose un véritable problème de compréhension de la part du grand public. Pour d’aucuns, les armes chimiques relèvent du domaine de l’armée et pour les autres, les pays en développement, comme le Togo ne saurait etre détenteur ni utilisateur des armes chiques.

« Une arme chimique est simplement tout produit chimique dont l’usage peut causer des dommages à la santé de l’homme voire entrainer la mort. C’est ainsi qu’on peut etre interpellé par des potentiels malintentionnés des produits chimiques que sont les organisations non-étatique », a-t’il défini l’arme chimique.

Pour mémo, l’ANIAC est une structure nationale qui répond aux exigences de l’article VII de la convention sur l’interdiction de la mise au point de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction.

René DOKOU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here