Politique : Démission d’un membre influent de l’ANC

0
730

Publié par Citoyen Infos le 02 mai 2018.

« Les médisances, les allégations mensongères, les diffamations, les humiliations, voire des coups montés dont je suis victime tous les jours de la part de mes propres frères, militants du parti, ont complètement altéré le crédit de confiance et de respect dont je bénéficiais auparavant auprès du bureau national », c’est sur ces propos que AMELA Didier ex-membre influent du bureau national de l’Alliance National pour le Changement, a notifié sa démission au parti.

 

L’information a été donnée ce mercredi 02 mai 2018 à Lomé, lors d’un point de presse.

Le manque de considérations dont il est victime au sein du parti, sa vision des choses, et sa conception de la vie, sont entre autres raisons fondamentales, qui ont motivé la démission d’AMELA Didier de l’ANC, un parti qu’il a contribué à porter sur les fonds baptismaux, il y a huit ans.

Selon AMELA Didier, les choses ont changé en sa défaveur au sein du parti, pour des raisons qu’on ne veut pas lui dire. Loin de l’idée de saborder les intérêts du parti, cette démission n’a rien avoir avec l’actualité politique qui prévaut dans le pays, mais c’est une décision fondée sur la perte stratégique de sa place au sein de l’ANC.

« On ne me laisse pas le choix de participer à la prise de décision, dans les affaires les plus importantes du parti que j’ai contribué à créer. Je suis à compter de ce matin un homme libre. Je peux à partir de ce jour, librement exprimer mes pensées », a-t’il regretté.

Toutes ces révélations démontrent clairement que seul un homme dirige l’appareil politique qu’est l’ANC. « On m’a nommé conseiller, mais rien ne m’a été notifié, en tant que tel. De plus, ils ne m’ont jamais consulté pour donner mon avis sur un quelconque sujet depuis un certain temps. En conclusion je n’ai plus ma place dans ce parti», a dévoilé AMELA Didier.

AMELA Didier, précise par ailleurs que sa décision de quitter l’ANC n’est pas motivée par le désir de rejoindre une autre formation politique, ou de créer son propre parti, mais c’est plutôt un saut dans l’inconnu pour se libérer.
« J e n’ai pas encore fait le choix de rejoindre une autre formation politique, mais l’avenir nous le dira », a-t’il laissé entendre.

L’intéressé a également saisi cette occasion, pour informer le public togolais, qu’il a pris depuis quelques mois les commandes des éditions l’harmattan. Il succède ainsi à JERRY Taama, qui est le directeur sortant de cette maison d’édition.

Maxime PATRIOTE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here