Rugby : les Éperviers en mode perte de temps aux Regional Seven de Kumasi

0
297

Par René DOKOU, le 09 décembre 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Les sélections masculine et féminine du Rugby du Togo ont soulevé la poussière aux « Regional Seven » de rugby à sept R7, joués les 27 et 28 novembre 2021 à Kumasi (Ghana). Le tournoi a servi en même de qualificatifs pour la prochaine coupe du monde, ainsi que des Jeux Olympiques de Paris en 2024.

La compétition a regroupé les catégories seniors du Ghana, du Bénin, du Niger, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Togo pour les hommes, et des mêmes sélections pour les femmes à l’exception du Niger.
La participation togolaise à cette compétition est un fiasco total. Au regard des résultats trop piètres glanés par mes deux sélections togolaises, une question se dégage. Celle de savoir, si le Togo avait-il besoin de s’engager dans cette aventure ?

Le Togo dont la pratique a été freiné considérablement par l’arrêt des compétitions et la covid-19 a présenté à cette occasion des sélections réformées, essentiellement composées de jeunes, en rupture avec les expérimentés séniors dont la sélection disposait et qui au fil des années, ont pris la sortie.
Pour l’essentiel, on retient que les Togolais ont été malmenés, naturellement lors de cette compétition par leurs adversaires, malgré les messages forts de motivation et de volonté du capitaine du navire, Achiraf Akpabli.
Côté masculin, les Eperviers ont été logés dans la poule B avec la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, a été défait par ces deux sélections. Au finish, les poulains d’Ouro-Koumoni Mahawiya ne termineront qu’avec 2 points sur l’ensemble de ces deux matchs alors qu’ils en ont encaissé 62.
Très difficiles débuts également pour la sélection féminine qui s’est vue infliger les cinglantes défaites respectivement contre la Côte d’Ivoire (20-0) et le Ghana (0-51), ce samedi 27 novembre, à l’entame des joutes.
Le moral n’est pas pour autant en berne dans l’écurie des Éperviers, qui d’entrée avaient reconnu être allés en apprentissage après tant d’années de pause.
« Nous connaissons nos forces et faiblesses. Nous avons effectué des préparatifs durant deux mois seulement et effectué deux matchs test une fois sur place contre la sélection sœur ghanéenne. Cela nous a permis de nous remettre en cause et de prendre conscience du travail qui sera le nôtre dans les mois à venir. Ces jeunes ont du potentiel et bien encadrés, ils feront des exploits comme leurs prédécesseurs et ainés », a confié plein d’espoir le manager des entraineurs, Ouro-Koumoni Mahawiya.
Pour sa part, le capitaine de la sélection masculine, Achiraf Akpabli, a fait part des espoirs nourris et qui ne sont que partie remise, à cause de la motivation et de l’état d’esprit du groupe.

« Nous sommes motivés pour la suite. Notre envie c’est de faire davantage connaitre notre pays à travers la qualité de ses joueurs et avec le travail et la conviction, nous y arriverons », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here