Santé : La phase ll du projet ‘Impacte 3D’, annoncée pour appareiller plus de 100 patients

0
445

Publié le 29 Mars 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Épilogue mardi 27 mars dernier à Lomé, des travaux de l’atelier d’évaluation de la phase pilote du projet d’introduction de la technologie d’impression 3D pour la fabrication d’orthèses (impacte 3D) en Afrique de l’Ouest notamment au Mali, au Niger et au Togo. La réunion s’est achevée sur une note de satisfaction, en ce qui concerne les principaux résultats présentés au cours des travaux. Lesquels résultats très satisfaisants, ont motivé les différents participants, à décider de façon unanime, de poursuivre l’exécution du projet en validant, l’idée d’aller au plus vite à sa phase ll.

Les travaux de cette rencontre, étaient axés sur la présentation du bilan des 18 mois de l’exécution du projet dans les quatre centres de réadaptation installés à Bamako, Niamey, Dapaong et Lomé. Un bilan qui dévoile que sur 100 orthèses prévues, 96 ont été produites.

Un résultat très encourageant, qui conduit donc à l’idée d’entamer au plus vite possible, une deuxième phase du projet, qui devra être axée sur la poursuite des recherches pour confirmer les résultats de la précédente phase. Cette nouvelle ambition, consistera à atteindre une production réelle des orthèses au-delà des 100 patients pris en compte par la phase pilote dans les trois pays.

« C’est une réelle réussite en ce sens que le partage d’expériences et les résultats avec les experts et différents pays lors de cette réunion nous ont permis de capitaliser sur tout ce que nous avons eu à faire dans le cadre de ce projet. Nous attendons avec impatience, surtout pour mon pays le Niger, le démarrage de la phase II du projet qui permettra d’appareiller un nombre assez important de patients », a indiqué Amadou Aboulaye, orthopédiste du centre du Niger.

« Notre recherche clinique dans le cadre de ce projet a pu démontrer qu’on pouvait avoir des appareils imprimantes 3D et des appareils conventionnels. Les résultats scientifiques ont montré leur efficacité équivalente. Sur le plan technique, on a aussi trouvé intéressant qu’installer un imprimante 3D à Lomé et le faire fonctionner pour appareiller une centaine de patients dans la sous-région est une bonne chose et enfin travailler en équipe pluridisciplinaire en communiquant grâce aux réseaux sociaux sera également une bonne pratique », a dévoilé Simon Miriel représentant de Humanité Inclusion Internationale, dans son exposé relatif à la présentation des technologies utilisées pour l’atteinte de ces résultats.

Le projet IMPACTE 3D, vise essentiellement à faire en sorte que plus de personnes en situation de handicap, puissent bénéficier quelque soit leur milieu de résidence( zone urbaine ou enclavée) des services médicaux d’appareillage. Ceci à travers l’introduction de la technologie dans les pratiques médicales conventionnelles. C’est dans cet esprit, qu’un réseau basé à Lomé a regroupé 80 centres de réadaptation dans 30 pays africains. Le tout avec l’installation d’un laboratoire de fabrication 3D (Fab Lab) pour produire et approvisionner en « orthèses 3D » les centres de réadaptation ciblés par le projet au Togo (CNAO de Lomé, CRAO de Dapaong), au Mali (CNAOM de Bamako) et au Niger (service de réadaptation de l’Hôpital National de Niamey).

Marcel Cassanova.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here