Sécurité alimentaire et nutritionnelle : DAAD en action pour la réduction des pertes post récolte au Togo

0
177

Par René DOKOU, le 21 octobre 2021

(IMPARTIAL ACTU)- Le Deutscher Akademischer Austrauschdienst German Academic Exchange Service (DAAD) et ses Alumnis veulent battre le fer pour asseoir une sécurité alimentaire et nutritionnelle sans équivoque au Togo. C’est alors qu’un atelier sous-régional organisé par le DAAD a ouvert ses portes jeudi à Lomé. La rencontre regroupe des enseignants-chercheurs et des acteurs qui s’intéressent à la chaîne de valeur post récolte venus de divers horizons (Bénin, Nigéria, Ghana, Sénégal et Togo).

Durant les travaux, les réflexions vont graviter autour des thématiques spécifiques comme, le transfert de technologie en post récolte et la nutrition alimentaire et nutritionnelle. De fait, la rencontre de Lomé se veut un cadre propice de définition de nouvelles stratégies conduisant à asseoir une méthode commune d’élimination des ravageurs et les maladies émergents pré ou post récolte qui menacent la sécurité alimentaire par leurs dégâts et la contamination par des mycotoxines affectant ainsi la disponibilité et la qualité des produits.

Financé par DAAD au Togo, l’atelier va permettre aux participants de partager les difficultés qui transparaissent dans la chaîne de valeur de post récolte du fait des ravageurs.

Concrètement, l’atelier va servir de cadre de réflexion sur tous les aspects liés à la production alimentaire. Notamment, les pertes, les gaspillages… Aussi, c’est le lieu de réfléchir sur comment façonner des technologies pour améliorer la qualité nutritionnelle ainsi que la qualité de la quantité des produits récoltés.

Pendant trois jours, les participants seront donc outillés sur tous les aspects de post récolte y compris les ravageurs et la qualité nutritionnelle.
« On appelle post récolte, les actions menées depuis la récolte jusqu’à la consommation. Il y a des insectes et ravageurs qui déprécient la qualité de ces produits. Nous voulons réfléchir sur tous ces aspects et voir comment trouver des technologies pour améliorer la qualité nutritionnelle et surtout la quantité de ces produits récoltés », a indiqué Agboka Komi, Enseignant chercheur en agronomie.

Par ailleurs, il est prévu au menu de cette rencontre, un module qui a pour but d’arriver à juguler les connaissances devant aboutir à la mise sur pied d’un programme international en post récolte et sécurité alimentaire et nutritionnelle de formation à l’Université de Lomé. Ledit programme consistera à former les étudiants en science de la technologie alimentaire et surtout en post récolte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here