Selon le CNUCED, seulement 4 pays sur 47 ne dépendent pas de l’aide extérieure en Afrique !.

0
321

Par Impartial Actu le 22 novembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Les représentants de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) étaient face à la presse le mardi 19 novembre dans les locaux du Centre d’Information dès Nations Unies (CINU) à Lomé. L’objectif est de rendre public le rapport 2019 sur les Pays les Moins Avancés (PMA). Chose faite ! Et selon ce rapport, l’économie des PMA est largement dépendante des ressources extérieures pour financer l’investissement productif et le développement durable.

Selon ce rapport réalisé par le Centre des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), et présenté au public togolais par Mme Assima-Kpatcha Masilé, chargée de la gestion des données bureau de la coordination résident du système des nations unies (SNU), les pays les moins avancés devraient veiller à ce que les financements extérieurs de toutes provenances, soient orientés vers les priorités de développement nationales. Une approche qui selon l’agence onusienne, constitue le meilleur moyen de gérer leur dépendance vis-à-vis de l’aide et d’y échapper.

« Entre 2015 et 2017, le déficit de ressources dans l’ensemble des PMA représentait en moyenne 8% du produit intérieur brut (PIB). pour près des PMA, les déficits de ressources étaient supérieures à 15% du PIB » indique le rapport rapport .

D’après le même rapport, ce résultat a un incident déterminant, sur la capacité de ces pays à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) et les objectifs du plan d’action en faveur des PMA. ce qui s’explique par la faible transformation structurelle des PMA sur leur progrès dans la réalisations des ODD, des droits humains et les objectifs du plan d’action d’istanbul.
En vertu du programme d’action d’Addis-Abeba, chaque pays est responsable au premier chef de son développement économique et social. Il incombe aux Etats de diriger la réalisation des ODD. Les partenaires des PMA peuvent grandement contribuer au renforcement de la capacité étatique de ces pays en éliminant certains aspects frangilisants de l’architecture actuelle de laide.
Il s’agit de mettre fin à la tendance consistant à créer un cercle vicieux entre la dépendance à l’égard de l’aide et la faible capacité de l’État.

Il faut noter que le rapport indique que sur les 47 pays, seuls 4 ne sont pas dépendants de l’aide extérieure. Pour ce qui est des autres, cela est dû au déficit budgétaire que les pays enregistrent ce qui les obligent à recourir à l’aide extérieure pour pouvoir compenser leur besoin au niveau national.

Désiré KOSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here