Sommet CEDEAO-CEEAC: Faure Gnassingbé favorable à la levée des obstacles à l’entraide judiciaire, à l’extradition et au droit de poursuite.

0
472

Publié par Woditè DOKOU le 30 juillet 2018.

(IMPARTIAL ACTU) Une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement des regroupements régionales (CEDEAO et CEEAC), a pris part ce lundi 30 juillet 2018 à Lomé, à la cérémonie solennelle d’ouverture du sommet de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO) et de la Communauté Économique des États d’Afrique Centrale (CEEAC), qu’abrite le Togo du 30 au 31 juillet de l »année en cours.

Présent à cette rencontre, Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo et Président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO, n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude à ses homologues Chefs d’État pour leurs efforts respectifs dans la réussite de l’organisation de cet événement de haut niveau qu’abrite son pays.

La proximité géographique, socio-culturelle et économique de l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Ouest, sont les premiers points qu’il a mis en exergue. Dans son allocution, le 1er des togolais a tenu à préciser qu’il y a une proximité frontalière qui crée des liens, des interdépendances et des influences aux niveaux des Etats et des populations de ces deux ensembles et font que les deux régions partagent les mêmes problématiques sécuritaires.

« En effet, le partage de frontières terrestres et maritimes communes rend nos deux régions vulnérables aux nombreuses menaces sécuritaires et environnementales dans le Golfe de Guinée notamment la piraterie, le trafic de pétrole, la pêche illégale, non déclarée et non réglementée et le déversement de déchets toxiques dans la mer, etc. Nos deux régions subissent également d’autres activités illicites transfrontalières, notamment le trafic des armes, le trafic d’êtres humains, le trafic de drogue, le blanchiment d’argent », a souligné le Président Faure Gnassingbé.

Dans sa vision de voir les pays des organisations sœurs les frontières ne constituent en aucun cas un obstacle aux missions assignées aux forces de défense et de sécurité, le président togolais a dans son discours invité ses pairs Il à prendre en compte les menaces auxquelles les deux organisations font face.

« Nous nous devons de régler au cours de ce Sommet les problèmes qui se posent à la coopération opérationnelle effective et efficace entre nos forces de défense et de sécurité en levant notamment les obstacles à l’entraide judiciaire, à l’extradition, à la coopération en matière de police criminelle, au droit de poursuite. Je suis certain que la détermination que nous partageons tous dans cette salle nous guidera vers des décisions courageuses, ambitieuses et concrètes pour que ce Sommet marque notre Histoire commune », a-t-il conclu.

René DOKOU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here