Togo : atteinte des objectifs de couverture de santé, le gouvernement y pense chaque jour !

0
353

Par Impartial Actu le 28 décembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Au Togo, l’atteinte des trois 90, n’est qu’une question de volonté et de vision gouvernementales. Le gouvernement togolais, soucieux de l’état de santé de ses populations, s’est lancé dans la concrétisation des objectifs inscrits dans la vision relative à la distribution des antirétroviraux pour la lutte contre les VIH.

Atteindre les objectifs de couverture
Les trois 90, c’est-à-dire que 90% des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) connaissent leur statut, que 90 % parmi ces personnes séropositives reçoivent des antirétroviraux et 90 % parmi ces dernières ont une charge virale non détectable.

Efforts du Togo par rapport à ce premier objectif : 73 % des PVVIH connaissent leur statut et 81 % parmi elles reçoivent les antirétroviraux nécessaires à leur prise en charge. Cela veut dire que fin 2018 environ 64.OOO PVVIH parmi les 110.000 dans le pays recevaient ces médicaments.

En 2019, ils sont 70.000 PVVIH à recevoir ces médicaments. Il est à noter cependant que seuls 34 % des 12.000 enfants de 0 – 14 ans vivant avec le VIH dans le pays reçoivent un traitement antirétroviral en raison du faible taux de dépistage du VIH chez ces enfants. Depuis 2010, la couverture connaît une tendance à la hausse même si la progression reste lente.

Deuxième objectif fixé par la communauté internationale : l’élimination de la transmission du virus VIH de la mère à l’enfant. Au Togo, le taux de couverture des femmes enceintes est passé de 16 % en 2010 à 80 % en 2018. Avec un tel progrès, l’on peut espérer que d’ici peu de temps le taux de couverture souhaité de 95 % pourrait être atteint. Ainsi la chaîne de transmission du virus de la mère à l’enfant sera totalement coupée.

Les accouchements des femmes enceintes séropositives ont permis d’enregistrer 3725 enfants vivant nés de mères séropositives. Parmi eux 96,99% (3613/3725) ont reçu la prophylaxie antirétrovirale. Cette performance est due à la disponibilité des ARV et à l’initiation de la prophylaxie qui se fait en salle d’accouchement. Depuis 2016, le Togo offre chaque année le conseil et dépistage à plus de 400.000 personnes.

La mise en œuvre du plan d’élimination du VIH de la mère à l’enfant a permis d’avoir une couverture géographique des services PTME dans plus de 72% des structures SMNI à la fin de l’année 2018 (Rapport annuel de performance du MSHP, 2019).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here