Togo : Boukpessi recommande au FCTD de régulariser sa situation administrative, pour jouir pleinement de ses droits !

0
296

Par Impartial Actu le 25 novembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- La loi liberticide sur les manifestations publiques, votée à l’Assemblée nationale le 7 août dernier fait déjà une victime. Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Boukpéssi Payadowa, a dans une correspondance adressée au responsable du Front Citoyens Togo Debout (FCTD) mis les gardes fou, ou même voir interdir la marche qu’a prévu organiser cette organisation le 27 novembre proche.

« Votre association n’a aucune base légale car n’étant détentrice d’aucun récépissé. Donc, c’est dans l’illégalité totale que vous organisez vos manifestations publiques. Je vous recommande à cet effet de régulariser la situation de votre association auprès de l’autorité administrative compétente dans les meilleurs délais ; faute de quoi, vos prochaines manifestations seront purement et simplement interdites », précisé la correspondance adressée par le ministre Boukpéssi aux responsables du FCTD.

Les responsables du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ont pour objectif à très ces deux manifestations d’ informer les populations du développement de l’actualité sociopolitique, notamment le processus électoral conduit unilatéralement par le gouvernement, et les mobiliser pour la marche du mercredi 27 novembre 2019.

Tout en restant silencieux sur le meeting qu’organise le FCTD, le estime que, l’itinéraire choisi par le FCTD pour sa marche le 27 novembre ne cadre pas avec la loi. M. Boukpessi change l’itinéraire et confine les manifestations dans la zone de Bè. Et donc le nouvel itinéraire part du rond-point Bè-Gakpoto pour chuter devant l’Eglise des Assemblée de Dieu de Dzifa-Kpota.

Le ministre en charge de l’Administration territoriale évoque l’alinéa 1er de l’article 9-2 de la nouvelle loi sur les manifestations publiques, pour venir à bout du FCTD. Rappelons que le Organisation des Nations Unies (ONU) a ouvertement demandé la relecture de cette loi.

Aaron Roland

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here