Togo: Ces propos de Éric Dupuy qui risquent de menacer la dynamique unitaire au sein de la C14

0
348

Publié le 03 septembre 2018.

(IMPARTIAL ACTU) Le triste souvenir de 2015 où le parti ANC dirigé par Mr Jean-Pierre Fabre, a contre toute attente, participé à la présidentielle sans les réformes institutionnelles et constitutionnelles exigées, par une grande partie des formations politiques, risque de se reproduire. Ce constat fait suite aux propos alambiqués tenus le mardi 28 août 2018 par le conseiller en communication du parti en question Éric Dupuy. Des déclarations susceptibles de saborder la dynamique unitaire au sein de la coalition des 14 partis de l’opposition.

En effet, Dans ses propos recueillis par nos confrères de Radio Nana Fm, le Conseiller en Communication du Chef de file de l’opposition Eric Dupuy, a semblé solliciter, à l’étape actuelle de la crise, une rencontre tête à tête entre le Chef de l’Etat et le président de son parti. Une proposition qui vient corroborer les déclarations de certains responsables dudit parti, qui ne semblent pas épouser la stratégie mise en place par la C14 pour boycotter les élections législatives qui s’annoncent, si le pouvoir en place ne fait pas les réformes. Suffisamment distillés sur les réseaux sociaux, ces propos amènent l’opinion à se demander si le parti de Jean-Pierre Fabre a l’intention de récidiver en faisant la même chose comme en 2015.

En l’état actuel de la vie sociopolitique du pays, et au regard de la configuration actuelle de la classe politique Mr Jean-Pierre Fabre et ses collaborateurs ne se feront pas pardonner par le peuple pour une quelconque démarche qui s’apparentera à un deal avec le pouvoir cinquantenaire du Togo.

Le parti au pouvoir et une partie de l’opposition préparent déjà leurs arsenaux pour cette conquête de l’électorat. Les démarches de ces derniers sont parallèles à celles de la Commission Électorale Indépendante (CENI) qui poursuit de façon unilatérale les travaux devant aboutir à l’organisation le 20 décembre prochain des élections législatives( Installation des Commissions Électorales Locales Indépendantes (Celi), recrutements et formation des opérateurs de saisi, dans la perspective de la refonte du fichier électoral… Bref, la Ceni déroule son agenda comme si rien n’était), comme proposée par la feuille de route de la CEDEAO, il y a un mois.

Somme toute, une course effrénée, tête basse qui amène nombre d’observateurs à douter de la marche qui cacherait mal, des velléités de trucage du processus. Ceci donne fort argument à la coalition qui rejette la légitimité de l’actuelle Ceni qu’elle réclame plus paritaire, avant l’amorce d’une quelconque démarche tendant vers les législatives annoncées. Malheureusement, un fait nouveau semble surgir pour mettre à mal, la dynamique unitaire de mise au sein de la C14 depuis un an.

Mais vue l’évolution de l’actualité sociopolitique du pays, soit Mr Jean-Pierre Fabre montre ses réelles intentions sur la question d’une participation ou non aux élections législatives prochaines sans les réformes tant voulues par ses pairs, soit il continue sans hypocrisie avec la C14. Puisque actuellement la lutte politique n’est plus liée à une personne mais plutôt à un principe. Ce dernier est surveillé comme du lait sur le feu, et plus rien ne sera plus comme avant. Mr Jean-Pierre Fabre est plus que jamais averti.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here