Togo : des chefs traditionnels à l’école de la gestion des plaintes du secteur minier.

0
513

Par la Rédaction le 17 Novembre 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Pour l’assainissement, la promotion et la bonne gouvernance du secteur minier au Togo, le gouvernement togolais à travers le ministère des mines ne cesse de multiplier des initiatives. C’est dans la continuité de ces actions, qu’un atelier d’échange et de formation à l’endroit des chefs traditionnels de la région maritime sur le cadre politique de réinstallation des populations et le mécanisme de gestion des plaintes du secteur minier au Togo, s’est tenu les 13 et 14 novembre 2020, à Adéticopé.

Initiée par le Projet de Développement de Gouvernance Minière ( PDGM), cette rencontre a pour objectif d’ outiller les chefs traditionnels sur le cadre politique de réinstallation des populations et le mécanisme de gestion des plaintes du secteur minier au Togo.

Cet atelier réunissant tous les acteurs de ce secteur, selon le Directeur Général, des mines et de la géologie (DGMG), M. Marcel Damégare SOGLE, s’inscrit dans les dispositions prises par l’administration des mines afin de soulager les peines des populations lorsqu’une société viendrait à ouvrir une nouvelle carrière.

“Cette formation se situe dans la mise en œuvre du PDGM. C’est une des composantes qui vise le renforcement des capacités des différents acteurs. Le second thème, c’est le mécanisme de gestion des plaintes. Comment formuler ces plaintes et comment les gérer ? Les chefs sont les premiers représentants des localités, a-t-il laissé entendre.

Pour l’expert en sauvegarde environnementale au PDGM, Bala kinbi Abalo, dans l’exploitation des mines, on a tendance à toucher la terre donc les biens des populations et c’est cela qui a poussé le Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM) à mettre en place un cadre fédérateur de politique de réinstallation avec la participation des communautés.

“Les plans de réinstallation peuvent toujours déboucher sur des plaintes et c’est là qu’on doit chercher des moyens de recours. D’où cette formation qui se situe dans la mise en œuvre du PDGM, mais qui fait en même temps parti d’une des composantes qui vise le renforcement des capacités des différents acteurs, a-t-il précisé pour sa part.

Quelques textes adoptés dans le cadre de la promotion de la bonne gouvernance minière au Togo son aussi à noter. A savlire, le code minier, la loi du 05 mai 2011, dont le décret d’application date de février 2017… Au-delà, il y a également au niveau de l’environnement, la loi-cadre sur l’environnement et différents mécanismes mis en place.

Pour rappel, les organisateurs de cet atelier, conscients de la loi que dicte la pandémie à coronavirus ont mis tout en œuvre pour le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de ladite pandémie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here