Togo/Grippe aviaire : Gbégbéni veut-il mettre en avant la consommation des poulets locaux ?

0
171

Par la Rédaction le 17 Novembre 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- « L’importation des volailles vivantes et de leurs produits dérivés ainsi que des aliments pour volailles en provenance des pays infectés est strictement interdite sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à nouvel ordre », écrit le ministre de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural, Antoine Lèkpa Gbégbéni.

Cette interdiction, note l’autorité, s’applique pour l’heure à six (06) pays notamment l’Allemagne, l’Irlande, le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Russie, dans lesquelles l’épidémie de la grippe aviaire fait rage.

En effet c’est une décision qui intervient au moment même où la promotion de la vente des poulets locaux est le leitmotiv de l’Etat togolais et qui s’accoude sur le Projet d’appui au secteur agricole (Pasa). Sa mise en œuvre permet aux décideurs politiques de venir en aide aux éleveurs de volailles en leur permettant de vivre décemment de leur travail.

L’initiative porte aujourd’hui ses fruits dans la mesure où l’élevage commercial connaît un essor fulgurant et contribue à relancer le sous-secteur.

Le petit élevage familial prend une dimension entrepreneuriale avec une rentabilité quasiment garantie. Le Pasa a fortement contribué à la promotion de cet élevage à vocation commerciale (basé sur les poules dites du village) qui jadis, malgré les spécialisations multiples (pondeuse et poulet de chair à la fois), faisait partie des facteurs de production aux potentialités négligées.

Ce retournement de situation vient à la suite de la limitation partielle de l’importation de poulets congelés. Aujourd’hui, les poulets locaux sont fortement prisés. Pour démonstration, du 18 mai au 12 juillet 2020, la quantité vendue est passée de 03 à 07 tonnes par semaine, soit 42 tonnes livrées par les transformateurs aux importateurs.

Mais cette nouvelle décision du ministre Gbégbéni, va encore plus faire les affaires des éleveurs locaux sont les conditions de vie ont déjà commencé par s’ameliorer exponentiellement. Vivement, que la consommation des poulets locaux, rentrent définitivement dans les habitudes des populations durant la période d’interdiction ‘importation d’importation des volailles vivantes et de leurs produits dérivés ainsi que des aliments pour volailles en provenance des pays infectés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here