Togo : la construction des Écoles Nationales des instituteurs, une priorité ?

0
368

Par Impartial Actu le 20 janvier 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Dans toutes les sociétés, il est inenvisageable de mettre en place une politique nationale sans y inclure les défis liés à l’éducation et/ou la scolarisation de la population. Il va de soi que les instituteurs ont un rôle capital à jouer dans le développement social de chaque pays. Au Togo, le sureffectif dans le primaire, le collège et le lycée handicape malheureusement l’apprentissage. Pour remédier à cette situation embarrassante, le gouvernement a multiplié les écoles des instituteurs. Simple palliatif ou solution efficace ?
Depuis quelques années, le Togo tente par tous les moyens de renforcer le nombre d’instituteurs, suivant ainsi les lignes directives d’un vaste programme qui cadre parfaitement avec sa politique de modernisation du système éducatif.

En effet, le Togo est résolument engagé à faire de l’éducation la base de son développement. Dans cette optique , le gouvernement multiplie les efforts en vue de doter le secteur de ressources humaines et d’infrastructures nécessaires à son renforcement.

Cinq Ecoles Normales des Instituteurs (ENI) ont été ainsi créées sur toute l’étendue du territoire et assurent aux enseignants une formation de qualité. A cette liste , s’ ajoutait l’ENI d’Adéta, chef-lieu de la préfecture de Kpélé, officiellement ouverte hier 05 octobre 2015. L’objectif, bien sûr, est de former les élèves instituteurs des préscolaires et du primaire afin de les rendre capables de dispenser les programmes d’ enseignement en vigueur.

L’école accueillait pour la première fois et pour la rentrée 2015-2016, cent quatre-vingt dix-huit (198) élèves instituteurs. Les enjeux de la formation, les défis à relever, les textes administratifs… constituent le programme auquel ils seront soumis .

Pour rappel, la construction de l’ENI de Kpélé-Adéta ( comme les autres ENI) entre dans le cadre du Projet Education et Renforcement Institutionnel ( PERI), financé par la Banque Mondiale.

Aaron Roland.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here