Togo : la FETAPH lutte pour une inclusion totale des personnes handicapées à l’accès aux instances de justice

0
138

Par René DOKOU le 3 Août 2021

(IMPARTIAL ACTU)- L’accès des personnes handicapées à la justice est un chimère dans plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest. Pour rétablir la parité de l’équité d’accès aux services sociaux de base entre les personnes sans handicaps et celles handicapées, une étude a été réalisée. Cette étude a été soumise à validation lundi 2 août 2021 à Lomé au cours d’un atelier organisé par la Fédération Togolaise des Associations des Personnes Handicapées (FETAPH).

La réalisation d’une telle étude renseigne, N’Kekpo Didier Directeur de programme par intérim à la FETAPH, vise à identifier l’accès aux services sociaux de base des personnes handicapées dans les quinze pays de l’Afrique de l’ouest. C’est dans cette optique que, le Togo a opté pour l’accès à la justice des personnes handicapées.

« Cette étude se situe dans un cadre global, celui de la mise en œuvre du programme PROGRECIPH C’est un programme pour le renforcement des capacités pour l’inclusion des personnes handicapées. Il est en mis en œuvre par la Fédération Ouest-africaine des Associations des personnes handicapées (FOAPH) en partenariat avec la FNPH, la FEMAPH et la FETAPH », a-t-il détaillé.

De fait, le défaut d’équité d’accès à la justice pour les personnes est très ostentatoire. L’architecture même des instances de justice les plus proches (commissariats de police par exemple dont l’accès est difficile à une personne handicapée au fauteuil roulant ou encore à un handicapé auditif qui ne peut pas communiquer directement avec le personnel en place). De façon empirique, il est très facile de constater que ces derniers ne peuvent pas facilement pas bénéficier des prestations de services de ces instances.

Les travaux de l’atelier vont donc permettre de passer au peigne fin toutes les difficultés rencontrées par les personnes handicapées en matière d’accès aux services de la justice.

« Cette étude va nous permettre d’identifier de façon approfondie tous les problèmes liés à l’accès à la justice. Le plaidoyer doit être être soutenu par des données fiables, c’est pour ça que cette étude est très importante. A la fin de la rencontre, l’étude sera assortie d’un plan d’actions qui permettra de suivre l’évolution de cette thématique au Togo », a conclu N’Kekpo Didier, Directeur de programme par intérim à la FETAPH.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here