Togo: L’ANADEB toujours aux côtés des élèves pour l’amélioration des questions de nutrition

0
386

Publié le 1er Mars 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- En prélude à la Journée africaine de l’alimentation scolaire, l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), a par l’entremise de son relais dans la région Centrale, conduit une opération de cantine scolaire dans le village d’Amalaklé dans la préfecture de Blitta ( 276 km au nord de la capitale Lomé).

Dans ce cadre, une délégation de L’ANADEB avec à sa tête la Directrice générale Mazalo Katanga, a mené une visite de terrain le mercredi 27 février 2019, dans la localité. Le projet des cantines scolaires dans les établissements scolaires publics, est une initiative du ministère de développement à la base qui jouit d’un soutien financier indéfectible de l’État togolais.

Bénéficiant de l’adhésion totale et infaillible de la participation active de l’ensemble de la communauté du village Amalaklé, le projet couvre déjà 212 élèves de deux établissements scolaires dont EPP Kzawè et EPP Amalaklé. Ces élèves, bénéficient d’une prise en charge au niveau des cantines scolaires.

Selon Peleleng Assiki, chef du village d’Amalaklé, les habitants de son milieu cotisent eux-mêmes des vivres en fonction de la capacité de chacun, avec notamment une contribution de 350f CFA par foyer.

Et à Mme Essohamlon Fleur Sidibé, coordonnatrice région centrale de L’ANADEB, d’expliquer de son côté que, « Cette opération de cantine scolaire consiste particulièrement à servir des mets locaux aux élèves ».

« L’agence forme les mamans cantine, le comité des parents d’élèves ainsi que les enseignants qui sont présentés comme des acteurs importants dans la réussite de cette opération de cantine scolaire », a indiqué Mazalo Katanga Directrice générale de L’ANADEB.

Cette initiative (cantines scolaires), financée par l’État togolais à hauteur de 1,5 millions f CFA, vise à offrir aux élèves trois repas par jour et amener les parents à être responsables sur des questions de nutrition de leurs enfants.

René DOKOU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here