Togo : l’Association « Justice Sociale » a célébré la JMLS aux côtés des élèves du CEG YIDAVE.

0
271

Par Impartial Actu le 23 décembre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- La Jeune Association aux appellations bien soignées « Justice Sociale », a organisé jeudi 19 décembre dernier en collaboration avec le Conseil National de Lutte contre le Sida au Togo (CNLS), une rencontre de sensibilisation sur le VIH SIDA, les IST, et les grossesses non désirées, au CEG de YIDAVE (localité située à environ 8 km d’Aképé). L’événement s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de lutte contre le Sida, observée le 19 décembre de chaque année.

« Les communautés font la différence », c’est sous la coupole de ce thème que les OSC du monde entier ont commémoré l’événement cette année. En organisant cette rencontre de sensibilisation à l’endroit des élèves du CEG YIDAVE, l’association « Justice Sociale », veut jouer sa participation, afin de les sensibiliser par rapport au thème, tout en tenant compte des impacts combien négatifs du VIH sur la pauvreté et son impact econoysur l’éducation des enfants et des jeunes.

Selon la coordinatrice de justice sociale, madame ADI le VIH et le Sida sont loin d’être éradiqués en Afrique et dans le monde même si on note un recul de l’incident depuis quelques années avec la disponibilité du traitement antirétroviral.
« Plus de cinq (5) millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique occidentale et centrale. Chaque jour, on y récence plus de 760 nouvelles contaminations (https://www.unaids.org ). En 2018 des avancées ont été constatées en Afrique de l’ouest et particulièrement au Togo où le bilan peut être apprécié en ce qui concerne l’atteinte des objectifs de l’ONUSIDA mais il reste encore des défis à relever notamment en ce qui concerne la réduction des nouvelles infections et la réduction du taux de décès », a-t-elle expliqué.

La rencontre a donc permis à l’association Justice Sociale, d’entretenir une soixantaine de jeunes venus du village d’YIDAVE et de ses localités voisines dans un premier temps sur les voies de contamination au VIH et aux infections sexuellement transmissibles ainsi que les différents moyens de prévention et en second lieu sur les conséquences qui découlent de la prise ou non des mesures de prévention.

Mme ADI coordinatrice nationale de l’organisation « Justice Sociale » , a dans son exposé, mis un accent particulier sur la pratique de l’abstinence en tant que jeune ou le cas échéant l’utilisation systématique d’un préservatif.

En particulier en ce qui concerne les jeunes filles, elle n’a pas non plus manqué de relever les dangers que peuvent constituer le non-respect de ces mesures sur l’avenir de celles-ci notamment les grossesses non désirées, les IST pouvant conduire à la stérilité, l’abandon des études etc.

Pour mémo, d’autres activités sont programmées dans les mois à venir avec les populations de ces localités.

Marcel Cassanova

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here