Togo: Le gouvernement n’autorise pas les 10 jours de manifestations synchronisées annoncées par la C14.

0
474

 

Publié le 05 décembre 2018.

(IMPARTIAL ACTU)- « Risque très élevé de troubles graves à l’ordre public », voici l’argument fondamental avancé par le gouvernement du Togo, pour faire objection, à la requête de la C14, demandant l’autorisation pour une nouvelle série de manifestations. Dans une lettre réponse, le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales Payadowa Boukpessi, informe les responsables de la C14 que leur demande d’autorisation pour l’organisation de ces manifestations n’est pas recevable.

Comme annoncé en conférence de presse ce mercredi, la C14, compte organiser une caravane et toute une série de manifestations afin d’obtenir un report des élections législatives du 20 décembre prochain. En effet dans sa correspondance à la C14, le ministre Payadowa Boukpessi est hostile à la lettre d’information de la coalition, qui se prépare à organiser 2 jours de caravanes à Lomé et ensuite 10 jours de marchés synchronisées sur toute l’étendue du territoire national togolais.

La volonté des premiers responsables de la coalition des 14 partis de l’opposition, d’empêcher par tous les moyens, les élections législatives prochaines, auxquelles elle n’a pas présenté de listes, justifie, selon le ministre, le motif principal de ce refus d’autorisation. .

« Dans ces conditions, vous ne pouvez pas prendre part à la campagne électorale pour les élections du 20 décembre. Par ailleurs, le risque que vos caravanes et cortèges se heurtent à ceux des partis engagés dans la campagne électorale demeure par conséquent fort probable. Ce qui conduirait à un risque très élevé de troubles graves à l’ordre public », écrit Payadowa Boukpessi.

C’est donc sur la bas de ces arguments que le ministre notifie à la Coalition que les manifestations relatives aux caravanes de sensibilisation programmées dans les rues de Lomé ainsi que les marches synchronisées du 6 au 18 décembre prochains à Lomé et sur toute l’étendue du territoire national ne sont pas acceptées.Une décision trouvant de bases légales danses dispositions de l’article 16 de la loi sur les manifestations en vigueur au Togo.

René DOKOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here