Togo : le PAEIJ-SP marque une pause pour passer en revue ses performances

0
189

Par René DOKOU le 28 juillet 2021

(IMPARTIAL ACTU)- L’équipe du Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) et ses partenaires techniques et financiers font une pause pour évaluer leurs performances après cinq ans de collaboration. Un atelier de revue de toutes les activités ayant marqué la mise en œuvre du PAEIJ-SP s’est ouverte mercredi à l’hôtel Cristal de Kpalimé (123 Km au nord-ouest de Lomé).

La rencontre se tient du 28 au 30 juillet 2021 et va permettre à toutes les parties prenantes d’évaluer le niveau de performance atteint par le projet.

La rencontre de Kpalimé : un cadre pour mieux peaufiner le redécollage

La mise en œuvre du PAEIJ-SP, sans toutefois chercher à être dithyrambique à l’égard de l’équipe en charge, est porteuse de reluisants résultats. Mais comme toute activité humaine indique, Kossivi AGBO coordonnateur dudit projet, cette mise en œuvre n’a pas été sans encombres. Cette rencontre de trois jours va significativement permettre à l’UGP/PAEIJ-SP et ses partenaires techniques et financiers de faire le point des différentes actions menées sur le terrain. Ce qui contribuera à coup sûr à présenter à tous les participants les difficultés de mise en œuvre et de suivi-accompagnement des bénéficiaires.

Parole sera donc donnée au cours des travaux à chacun pour évaluer difficultés liées à l’exécution des contrats paraphés dans le cadre de la mise en œuvre du projet de même que les conditions nécessaires de durabilité des acquis du projet et de consolidation des clusters (appréciation des relations entre les partenaires, internalisation des approches, animation des clusters, accompagnement des bénéficiaires, pérennisation du mécanisme de financement, …). Les leçons apprises et les bonnes pratiques en matière de développement des chaines de valeur agricole et clusters agro-industriels seront identifiées. Cette démarche amènera les participants à faire des recommandations pour améliorer la performance des interventions pour la suite du projet.

Des résultats qui forcent l’admiration après 5 ans de mise en œuvre…

En 5 ans de mise en œuvre, les résultats sont très éloquents estime Kossivi AGBO Coordonnateur national du PAEIJ-SP. Selon les chiffres qu’il a avancé, le projet est en bonne voie d’exécution. Au 30 juin 2021, les résultas suivants ont été enregistrés : 28 PME/PMI sont appuyées dans 10 chaines de valeurs agricoles, 1 420 primo-entrepreneurs individuels et 2 135 groupements sont accompagnés et intégrés dans les CVA des 30 PME accompagnées. 20 PME/PMI, 774 primo-entrepreneurs individuels et 1 159 primo-entrepreneurs en groupements ont bénéficié de crédits pour un montant global de 13,3 milliards FCFA. Par ailleurs, 35 000 emplois directs (27% pour les femmes) et 634 000 emplois saisonniers (23% pour les femmes) ont été créés.

« Fruits de notre collaboration, ces résultats ne sont pas des moindres et je voudrais vous en remercier pour l’implication de tous. Par moment, nous ne nous sommes pas entendus sur un certains de nombres de principes, néanmoins, nous n’avons pas perdu les objectifs que sont la création des conditions d’emploi les plus favorables aux jeunes et la réduction de la pauvreté à travers le développement de l’entrepreneuriat agro industriel et la promotion de l’agriculture commerciale », a-t-il laissé entendre à la cérémonie d’ouverture de l’atelier.

Une pause s’impose pour colmenter les brèches…

L’heure n’est plus à la pratique des méthodes de rafistolage. C’est ce qu’ont compris les responsables en charge de l’exécution du PAIEJ-SP, qui en dépit des résultats salutaires engrangés reconnaissent qu’il y a des aspects qu’il faut revoir ou corriger carrément.

« La revue doit faire ressortir au niveau des ONG prestataires, les faiblesses dans la mise en œuvre des activités contractuelles et dans l’accompagnement des bénéficiaires. Elle doit déboucher sur la formulation de recommandations pour une mise en œuvre efficace et efficiente du projet pour le reste du temps qui reste. Au niveau des IMFP et de la banque commerciale, cette revue doit faire ressortir les faiblesses dans la mise en place, le suivi et le remboursement des crédits », a fait comprendre Kossivi AGBO Coordonnateur national du PAIEJ-SP.

Il a ainsi saisi cette occasion pour féliciter tous les acteurs pour leurs efforts multiformes consentis et qui concourent à l’atteinte des objectifs du projet. En outre il les invite à redoubler d’effort pour l’amélioration du taux de décaissement afin d’atteindre de meilleur score au niveau du principal bailleur qu’est la banque africaine de développement.

Une revue participative…

L’atelier de Kpalimé regroupe 4 ONG, 4 IMF, 1 banque commerciale (Orabank-Togo), ANPGF, 26 PME, 3 PEI et 3 PEG, l’équipe de l’UGP/PAEIJ-SP, et au niveau du Ministère de tutelle, la DJEJ, le FAEIJ et la DEP. Les Points focaux du projet auprès du Ministère de l’Economie et des finances et du Ministère de la planification et du développement seront aussi invités, soit au total 79 participants.

L’objectif du PAEIJ-SP, faut-il le rappeler est de contribuer à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers l’auto-emploi et l’insertion des jeunes dans l’économie formelle au Togo. Prévu pour 5 ans (2016 – 2020), le projet a été prolongé d’une année et prend donc fin le 31 décembre 2021. Il couvre tout le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here