Togo: Le secteur de la justice s’active pour l’exécution rapide des demandes d’entraide pénale internationale.

0
426

Par Impartial Actu le 06 juillet 2019

(IMPARTIAL ACTU)- La Direction des Affaires Pénales et des Grâces (DAPG), du ministère de la Justice et le Programme d’Appui au Secteur de la Justice (PASJ), ont co-organisé un atelier de sensibilisation à l’endroit des magistrats et Officiers de Police Judiciaire (OPJ), sur l’entraide pénale Internationale les 4 et 5 juillet derniers à Lomé.

Cet atelier a pour objectif principal de promouvoir l’efficacité pénale à travers les différents acteurs du secteur de la justice sur l’exécution rapide des demandes d’entraide pénale internationale.

Selon Isidore AKOHOUEGNON, Directeur des Affaires pénales et des grâces du Togo, cette rencontre permettra de motiver les OPJ et les magistrats à l’exécution diligente des demandes d’entraide pénale internationale.
« Très souvent, nous les agents de la justice avons eu à se plaindre de ce que, ayant sollicité l’assistance de l’étranger, nous n’ayons pas reçu une suite favorable. C’est de la même façon que les autres aussi ont à se plaindre parfois de nous parce que nous n’arrivons pas à collaborer efficacement pour les aider à réaliser des objectifs qui s’inscrivent dans le cadre d’une procédure qui a été enclenchée chez eux. Alors, je souhaiterais plutôt que le tort soit pour les autres et non pour nous. Si le tort est pour les autres, cela veut dire que c’est eux qui ne sont pas efficaces. Mais il faudrait que nous ayons la volonté de pouvoir faire ce que nous avons à faire. Parce que nous avons besoin des autres ainsi qu’ils ont aussi besoin de nous. Surtout en ces périodes où le monde est touché par des menaces terroristes, il faut une franche collaboration entre nos différents Etats. » a-t-il précisé.

À l’issue des travaux, de cet atelier qui a rassemblé 38 participants, plusieurs résultats ont été obtenus. À savoir, le cadre de pilotage de la justice renforcé, l’amélioration du service de la justice, le renforcement du cadre de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, le code de la transparence et de la loi organique relative aux lois de finances facilité.

La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par le ministre de la justice, Pius Kokouvi AGBETOME.

Julien MARÉCHAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here