Togo : le taux de prévalence du VIH est en fort déclin !

0
386

Par Impartial Actu le 26 décembre 2019

(IMPARTIAL ACTU)- Le Togo comme d’autres pays, s’est engagé dans une politique d’actions de lutte contre le VIH et les IST. Pour bien mener cette lutte, le pays a pour sa part fait le choix de l’action, pour intensifier et accélérer des mécanismes devant permettre à mettre fin à l’épidemie du Sida d’ici 2030. Au regard des efforts consentis, des résultats positifs ont été enregistrés notamment, la baisse du taux de prévalence du VIH.

Lutte contre le VIH, le Togo a fait le choix de l’action

Dans le cadre de cette politique de lutte contre le VIH et les IST, pour laquelle le Togo s’est engagé depuis plusieurs années, vingt-un (21) communes du pays ont signé la déclaration du 1er décembre 2014 de Paris, en 2015.

La déclaration de Paris contient des engagements sur l’accomplissement des ambitieux objectifs 90-90-90 d’ici 2020; notamment 90% des personnes vivants avec le VIH connaissent leur état sérologique vis-à-vis du VIH, 90% de ces personnes soient sous traitement antirétroviral et que 90% des personnes sous traitement aient une charge virale supprimée. C’est ainsi qu’en juin 2016, le Togo, a élaboré et validé des plans d’actions de lutte contre le VIH, dans les quatre (04) villes pilotes : Lomé, Atakpamé, Sokodé et Kara.

« Ces plans visent à mener des actions spécifiques de prévention en milieu urbains pour faire réduire l’incident du VIH dans les Villes pilotes, en prenant pour population cibles les femmes et les jeunes surtout », a indiqué le coordonnateur du Secrétariat Permanent du CNLS, le Professeur Vincent PITCHIE.

La mise en œuvre de ces plans cadre avec la stratégie mondiale de lutte contre le VIH et le Sida intitulée «Mettre fin à l’épidémie du sida: les villes s’engagent pour atteindre les objectifs 90-90-90 d’ici 2020» initiée par l’ONUSIDA. Le directeur national de cette organisation au Togo, M. Christian Mollah, à cette rencontre, s’est engagé au nom de son organisation à faciliter les efforts du gouvernement togolais dans sa lutte contre cette pandémie, et les infections sexuellement transmissibles.

Mais beaucoup de défis restent à relever, malgré les efforts des différents acteurs dans la lutte contre le VIH SIDA et les infections assimilées. En 2017, environs 11000 personnes sont séropositifs et 57% sont sous ARV au Togo. C’est dans cette optique que le gouvernement togolais, a outre les quatre (04) villes pilotes : Lomé, Atakpamé, Sokodé et Kara, lancé en 2019 dans les villes d’Aného, de Kpalimé et Dapaong.

Toutes ces actions réalisées par le gouvernement, ont contribué à l’obtention de résultats encourageants. Ainsi le taux de prévalence du VIH à un fort déclin. Alors qu’en 2000, cette prévalence tournait autour de 3,6 % et de 2,9 % en 2010. Selon les estimations Spectrum 2018, la prévalence serait de 2,27% (REDES, 2018, p12), un taux qui confirme sa tendance baissière même s’il reste élevé en comparaison avec d’autres pays de la sous-région.

Dans l’ensemble de l’UEMOA 1.011.000 personnes vivent avec le VIH avec le plus grand nombre en Côte d’Ivoire (460.000). On estime à 110.000 le nombre des PVVIH au Togo.

René DOKOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here