Togo : Les députés autorisent la privatisation de la NSCT!

0
339

Par Impartial Actu le 30 Juin 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- L’Assemblée nationale a autorisé lundi, la cession de tout ou partie de la participation de l’Etat dans le capital de la Nouvelle Société cotonnière du Togo (NSCT). La loi portant l’autorisation de cession a été en effet voté par les députés au cours de la 8ème et dernière séance plénière de la 1ère session ordinaire de l’année 2020.

Les travaux de la séance plénière se sont déroulés sous la présidence de Mme Yawa Djigbodi Tségan Présidente de l’Assemblée Nationale.

En effet, la privatisation de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) a pour but d’augmenter substantiellement le revenu des coton-culteurs dans trois ans et l’amélioration du rendement de la production de 600kg par hectare en 2020 pour atteindre un niveau de performance d’au moins 900 à 1000 Kg par hectare.

La société sur laquelle le gouvernement togolais a porté le choix pour céder quelques pourcentage du capital de la NSCT n’est autre que le singapourien OLAM.

Ainsi le singapourien Olam va acquérir 60% du capital de la NSCT, devenant ainsi majoritaire, les 40% restant du capital étant aux mains de l’organisation des producteurs. Le niveau du capital actuel auquel OLAM détenir les 60% s’élève à 2 milliards F Cfa.

« La cession de la participation de l’Etat dans le capital de la NSCT ne répond ni à un souci d’amélioration de la trésorerie de l’Etat, ni à un besoin de correction d’une quelconque mauvaise performance financière de la NSCT. Plutôt, elle s’inscrit dans une vision plus large du gouvernement de modernisation de filière cotonnière au Togo par la création d’une chaîne de valeurs allant de la production jusqu’à la transformation en produits finis ou entre autres », explique un rapport détaillé des députés.

Le plan d’OLAM pour le secteur vise la transformation du coton avec l’implantation des usines textiles au Togo.

Le Togo, est un pays où la production du coton chute année après année. La campagne 2019-2020 s’élève à 116. 000 tonnes de coton-graines, équivalant à 645 kg/ha, contre 137 000 tonnes pour la campagne 2018-2019, soit une chute de 21.000 tonnes. Ce rendement est loin des 150.000 tonnes attendues sur 180.000 hectares emblavés.

Le groupe Olam, faut-il le rappeler est un acteur important dans le négoce du coton, en particulier en Afrique de l’Ouest où il figure dans le trio de tête, est aussi présent dans l’égrenage en Côte d’Ivoire où Olam a racheté en 2008 les actifs de la Compagnie cotonnière ivoirienne (LCCI) en faillite et créé la Société d’exploitation cotonnière Olam (Seco – SA) mais aussi au Tchad où elle a pris une participation majoritaire dans Coton Tchad ainsi qu’en Ouganda, au Mozambique et en Tanzanie.

Désiré KOSSI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here