Togo : Les partenaires privés au chevet du secteur agricole.

0
340

Par Impartial Actu le 17 Avril 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Au Togo, le secteur agricole est un secteur porteur. En 2017, elle a occupé les deux tiers de la population active et représente les 41,3% du produit Intérieur Brut (PIB). Comme tous les pays en voie de développement, ce secteur reste confronté à d’énormes difficultés en l’occurrence le manque de ressources qui reste l’une des causes de la faible productivité.

Il est donc nécessaire de définir de vraies politiques agricoles d’où la définition des mécanismes de financement pour atteindre les objectifs fixés par le pays. La mobilisation des ressources reste alors l’une des conditions pour la réalisation de ces objectifs. D’où la nécessité du partenariat public-privé. Ce partenariat est un véritable moyen de mobilisation de ressources auprès du secteur privé pour la réalisation des investissements adéquats.

Pour soutenir la politique de mobilisation des fonds, le Centre Autonome d’Etudes et Renforcement des capacités pour le Développement au Togo (CADERDT) s’est fixé une mission, celle d’accompagner les décideurs de la politique agricole à travers les différentes études.

Dans sa mission, le CADERT a initié une étude sur la contribution des partenaires publics-privés dans le secteur agricole. Des études ayant pour but d’identifier les opportunités offertes en matière d’investissement du secteur privé dans l’agriculture et de proposer des modèles de partenariats publics-privés pour sous-tendre la mise en œuvre de ces investissements.

C’est ainsi que le 24 Août 2018 une rencontre a eu lieu à Lomé dans l’optique de permettre à tous les participants d’analyser le rapport des études menées par le CADERDT en vue de son amélioration

Les partenaires privés au chevet de l’agriculture.

Actuellement au Togo, l’agriculture occupe 60% de la population active et participe à 40% au PIB. L’exécutif togolais a adopté en 2019 un décret créant un cadre approprié et incitatif, favorable à la mobilisation des investissements du secteur privé pour le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (Mifa).

Les résultats enregistrés après les six (06) mois de la phase pilote et l’intérêt suscités par le mécanisme ont permis aux autorités d’envisager un montage institutionnel centré sur un modèle de partenariat public-privé.

Serge Essiwolou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here