Togo : l’OMS en ordre de bataille contre le harcèlement sexuel au sein du personnel

0
208

Par René DOKOU, le 21 Décembre 2022

(IMPARTIAL ACTU)- Une mini retraite axée sur la prévention de l’exploitation, des avis et harcèlement sexuels a réuni mercredi 21 décembre à Baguida, les cadres du Bureau Togo de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette rencontre est placée sous le thème : « le bureau OMS Togo contre les abus, exploitations et harcèlements sexuels ».

La rencontre est en phase avec les 16 jours de campagne et d’activisme contre les violences faites aux femmes célébrés cette année au Togo sous le thème : « Tous contre les violences basées sur le genre (VBG) : Brisons le silence !!! ».

Initiative de Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane, Représentante Résidente de l’OMS au Togo, cette mini retraite, veut amener le personnel à signer le “code de conduite”, qui a pour but de prévenir le harcèlement sexuel lors des manifestations de l’OMS.

Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane rappelle que l’OMS applique une tolérance zéro à l’égard des Abus, Exploitations et Harcèlements Sexuels et d’autres types de conduite abusive (c’est-à-dire la discrimination, l’abus d’autorité et le harcèlement). En ce sens, tous les membres du personnel de l’OMS et ses partenaires insiste-t-elle, ont un rôle à jouer dans la promotion d’un lieu de travail sûr et respectueux et doivent signaler à l’OMS tout cas réel ou présumé de méconduites sexuelles et d’autres types de comportement abusif, en vue de promouvoir et contribuer à réaliser les droits à la survie, au développement, à la protection et à la participation de toutes les couches sociales sans exclusion.

« Ce fléau qui terni l’image de notre organisation. Chacun de nous a un rôle à jouer et doit s’engager dans la mise en œuvre des actions devant contribuer à atteindre cet objectif de rendre notre environnement de travail respectueux des valeurs de l’OMS et nos interventions sur le terrain dans le strict respect de la dignité et des droits des populations bénéficiaires directes de notre aide », a exhorté la représentante résidente de l’OMS au Togo.
Le devoir de l’OMS souligne Dr Issifou Alassani, point focal de l’Organisation est de protéger les communautés dans desquelles elle intervient en matière de la santé et non pas d’aller abuser d’elles.
« Le staff de l’OMS doit s’engager à adopter les meilleures pratiques possible dans le respect du code de conduite pour la prévention et des abus exploitations et harcèlements sexuels afin que les communautés que nous servons puissent être en sécurité, mieux protégées, et puissent avoir confiance en nous par rapport à l’aide que nous leur apportons », a-t-il laissé dit.

Les travaux de cette mini retraite a ainsi permis aux cadres du bureau Togo de l’OMS de découvrir le contenu du circulaire du Secrétaire général de l’ONU qui définit une politique de tolérance zéro de l’exploitation et des abus sexuels et rend obligatoire pour le personnel de l’ONU, la dénonciation des incidents d’abus.

Par ailleurs le personnel a été édifié sur les protocoles des Nations Unies sur la prise en charge des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles (ONU 2019) et sur les allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles impliquant des partenaires opérationnels (ONU 2018) et les six principes fondamentaux du Comité permanent inter organisations concernant l’exploitation.

Il faut noter que l’approche de l’OMS pour prévenir et remédier aux cas d’Abus, Exploitations et Harcèlements Sexuels s’appuie sur les instruments élaborés par le système des Nations Unies à cette fin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here