Togo/protection des droits de l’homme : le gouvernement victime de rapports tendancieux, malgré des efforts notoires?

0
344

Par Impartial Actu le 05 janvier 2020.

(IMPARTIAL ACTU)- Au cours des neuf années écoulées, le gouvernement togolais conformément aux orientations du chef de l’État, a pris de nombreuses initiatives pour mettre en œuvre les recommandations, en matière de protection des droits humains. Des succès ont été enregistrés, mais en dépit de la volonté affichée et des moyens mobilisés, force est de reconnaître que d’énormes efforts demeurent encore à faire dans plusieurs domaines. Si cette analyse est acceptée de tous, méconnaître les efforts du gouvernement dans ce secteur, ne l’est pas du tout.

De toute évidence, chaque individu, de façon universelle, a des droits inaliénables qui doivent être respectés. Au Togo et dans bien d’autres pays les questions liées aux droits de l’homme sont multiformes : elles touchent habituellement les conditions de détention dans les prisons ou les centres de détention, les arrestations ou détentions, les libertés individuelles, la liberté de réunion et d’association pacifiques, les violences faites sur les femmes, la restriction de la liberté d’expression, la liste est non exhaustive.
Depuis quelques années, le gouvernement, assisté par les organismes internationaux de droits de l’homme, a pris des mesures idoines pour une meilleure protection des droits de l’homme.

Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, malgré les efforts enregistrés par le Togo dans le domaine, certaines associations de défense des droits de l’homme notamment la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) et autres continuent allègrement de peindre en noir les forces de défense et de sécurité du pays et de faire croire que le Togo est un État de terreur. Régulièrement des rapports tendancieux dénonçant des cas de tortures et de violences policières sont publiés sans que cela ne réponde aux principes de professionnalisme, d’impartialité et d’objectivité exigés des organisations de défense des droits de l’homme.

Mais il y a pire. Pour tordre le cou à la vérité, des images illustrant des arrestations musclées ayant eu lieu lors de manifestations dans d’autres pays sont placardées dans des rapports dans le but de faire croire à l’opinion qu’il s’agit du Togo.

C’est le cas d’une arrestation lors d’une manifestation contre la loi de travail, le 14 juin 2016 à Paris. Voilà une façon de faire, bien étrange, qui cache difficilement la mauvaise intention des auteurs de ces rapports. Et pourtant le Togo progresse avec des actions vigoureuses en faveur de la protection et de la promotion des droits de l’homme.

Julien Maréchal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here