Que propose le CARES pour une meilleure couverture santé universelle au Togo?

0
384

Publié le 20 Novembre 2018.

(IMPARTIAL ACTU)- Les SyndicatsTogolais membres du Comité d’analyse et de Recherche Syndicale (Cares)  ont avec l’activité l’appui de la fondation Friedrich Ebert, organisé les 19 et 20 Novembre 2018 à Lomé, un atelier sur « les contributions des syndicats pour une meilleure réalisation de la couverture santé universelle au Togo ». Cette rencontre a pour leitmotiv de contribuer à l’implication des partenaires sociaux de la fondation Friedrich Ebert dans la mise en œuvre des politiques sociales au Togo.

Cette rencontre de deux jours qui a été organisée à l’endroit des comités des jeunes et des femmes des centrales syndicales en abrégé CARES, a accouché plusieurs recommandations.

En effet, selon l’OMS, la couverture sanitaire universelle est une situation dans laquelle toutes les communautés bénéficient des services de santé dont elles en ont besoin, sans se heurter à des difficultés financières.

Selon les chiffres de l’OMS, le nombre de personnes bénéficiant d’une couverture complète des services essentiels de santé varie de 2,3 à 3,5 milliards, soit moins de la moitié de la population mondiale vit un déficit de soins de santé essentiels dont elles en ont besoin.

Une étude de l’OMS démontre clairement qu’environ un milliard de personnes souffrent de l’hypertension artérielle sans aucun suivi médical d’une part, et de plus 200 millions de femmes ont une couverture insuffisante pour la planification familiale et près de 20 millions de nourrissons ne finissent par le programme de vaccins essentiels recommandés, d’autre part.

Toutes ces difficultés sanitaires qui sont une réalité dans le monde, explique le bien-fondé de ce séminaire de deux jours qui a permis de façon spécifique d’outiller les participants sur les enjeux de la couverture santé universelle au Togo, et d’amener ces derniers à développer des stratégies syndicales pour assurer une meilleure couverture santé dans le pays.

S’exprimant sur le sujet lors de la cérémonie de clôture de ce séminaire de formation, Mme Nouratou Zato-Koto Yérima représentante de la fondation Friedrich Ebert, estime que la recherche de solutions pour la couverture sanitaire universelle est une exigence démographique et un défi de justice qui interpelle aussi bien les États que les partenaires sociaux. Selon elle le désengagement progressif de l’État du financement des services sociaux de base a pour conséquence la réduction des budgets de dépenses sociales.

« Pour articuler nos actions en lien avec les besoins de nos partenaires, nous avons déjà entrepris une vaste campagne auprès des syndicats dans certains pays pour que ces derniers fassent l’une de leurs exigences majeures », a-t-elle laissé entendre.

Les dénouements de ces deux jours de rencontre ont accouché des recommandations tant au gouvernement qu’aux confédérations syndicales.

Lire l’intégralité des recommandations.

Aaron ROLAND

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here