Togo: Une série de réunions de l’AO Alliance à Lomé, pour une meilleure prise en charge des traumatisés

0
626

Publié le 6 Avril 2019.

(IMPARTIAL ACTU)- Après des sessions à Kpalimé et à Kara, l’AO Alliance tient depuis le vendredi 5 avril et ceci jusqu’à mercredi 10 avril 2019 à Lomé, une série de réunions de son Comité directeur. On note au menu de cette série de rencontres, trois événements majeurs, la réunion de formation des formateurs francophones (25 chirurgiens et infirmiers du continent africain) et enfin, la formation des personnels du bloc opératoire du Togo.

Assurer des soins aux patients, aux traumatisés, faire connaitre la problématique des traumatisés dans le monde.l, et la formation du personnel soignant orthopédistes, chirurgiens, généralistes, en vue d’une meilleure prise en charge des traumatisés, sont les quatre objectifs fondamentaux qui sous-tendent les actions de l’OA Alliance au Togo. Une chose que les responsables de cette organisation internationale savent bien faire depuis déjà 4 ans qu’elle est portée sur les fonds baptismaux.

Ce samedi 6 avril à Lomé, une première réunion s’est tenue, en interne entre les membres du Comité directeur. Et au terme des travaux de cette rencontre déroulée à huit-clos, d’importantes décisions ont été prises. Celles-ci, ont été présentées à la presse au cours d’une conférence de presse, tenue le même jour. La rencontre s’est déroulée sous l’œil regardant du président international, Claude Martin, et du responsable de l’AO Alliance Togo, professeur Grégoire Anani Abalo.

Pour Claude Martin président international de l’alliance, l’objet de cette série de rencontres est de faire de telle sorte que les les infirmiers du bloc opératoire soient formés, afin de disposer d’une équipe efficace pour une réussite des opérations. Ce qui selon lui va garantir, une bonne prise en charge des patients traumatisés.
« Notre alliance opère aussi bien dans les pays francophone d’Afrique qu’anglophone, ce qui est indispensable pour nous, est que chaque patient traumatisé ait accès à des soins adéquats et appropriés », a-t-il précisé.

Aux professionnels des médias, Mr Claude Martin, demande, un accompagnement de plus en plus régulier et sans faille, dans le souci d’attirer aussi l’attention des pouvoirs publics que des populations sur les accidents de la route et autres types d’accident qui, selon lui, sont un problème majeur, et donc partie intégrante de ce que l’OMS a appelé l’épidémie silencieuse (les blessures qui se produisent dans les pays à faible revenu).

La deuxième réunion, se tient également ce samedi à Lomé, et concerne l’ouverture de la formation des formateurs francophones.

Serge Essiwolou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here