Trading au Togo : Et si le gouvernement fermait les sociétés illégales comme au Cameroun

0
1169

Par la Rédaction le 6 Novembre 2020.

(IMPARTIALA CTU)- Le ministère Camerounais en charge de l’économie et des finances, vient d’annoncer une mauvaise nouvelle aux sociétés illégales qui font dans le trading sur les cryptoactifs. Ces dernières sont sommées de cesser dans l’immédiat les opérations de collecte et de placement de capitaux.

C’est donc à travers un communiqué rendu public le 29 octobre 2020, par le ministre camerounais des finances Louis Paul M, que le gouvernement interdit à ces sociétés aux promesses exhorbitantes et surréalistes de poursuivre leurs activités.
En effet, la note du ministère Camerounais de l’économie et des finances a sommé dix-sept (17) sociétés illégales de trading de :

« Cesser immédiatement leurs opérations de collectes illégales des fonds par appel public avec recours aux annonces et aux publications via divers supports de communication » ;

« De rectifier sans délais tous les fonds collectés auprès des opérateurs économique nationaux et étrangers à travers ces opérations illicites et rendre compte au MINFI du déroulement de ces remboursements »

Et enfin, « d’arrêter tout forme de publication, communication ou publicité en rapport ces placements sur les cryptoactifs ».
Les contrevenants sont exposés à des poursuites judiciaires « Le ministère se réserve le droit d’engager des procédures administratives appropriées et de saisir les autorités judiciaires compétentes pour l’ouverture des poursuites contre les promoteurs et dirigeants des sociétés concernées en cas de non-respect immédiat de ces prescriptions », clarifie la note.

En effet, le trading n’est pas une activité qui s’exerce uniquement au Cameroun. Elle pilule partout sur le continent africain. Au Togo, ce type d’activité fait pousser des sociétés comme des champignons.

Aucun problème ne se pose à niveau, puisque le Chef de l’État Faure Gnassingbé, dans sa vision de promouvoir le climat des affaires et de maintenir le cap en matière des réformes, encourage la création des entreprises. Mais le souci à ce niveau reste et demeure l’existence de sociétés sans agréments du CRPMEF ni de la BCEAO, mais qui officient aisément.

Le danger réside toujours dans la possibilité pour elles de fermer à tout moment leurs portes, et de faire des victimes.

Les autorités togolaises sont aussi au courant de cette affaire, et y pensent aussi à réglementer le secteur. Récemment, selon nos informations, le ministère togolais des finances s’apprêterait à sortir une liste de ces entreprises illégales afin de sommé la fin de leurs opérations sombres.

En attendant la sortie de cette liste, il est important d’inciter la population à plus de vigilance vis-à-vis de ces sociétés.

Voici ci-dessous la liste complète des dix-sept (17) sociétés fermées au Cameroun.

Il s’agit donc de : Académie des investisseurs Africains; Global investment trading (GT)/Global; crypto currencies trading ; GTX invest global trust exchange; mekit invest ; Obasi communication ; Divines Auto Electronic ; SOGAA SARL; Cameroon Invest ; Regel Cameroun ; SAIRU; Africa L’if; Mougano investment ; Petronpay Cameroun ;Unique finance ; CRIFAT; Fortune investment &Wealth et Hughlife international Cameroon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here